Justice : formation des agents des juridictions et des maisons d’arrêt

Jeudi 20 Novembre 2014 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Projet d’action pour le renforcement de l’État de droit et des associations (Pareda) organise du 20 au 22 novembre, à Brazzaville, en partenariat avec le ministère de la Justice et des droits humains, une session de formation des agents sociaux évoluant dans les juridictions et les maisons d’arrêt du Congo.

Cet atelier qui  vise le renforcement des capacités des acteurs précités portera sur plusieurs thèmes, parmi lesquels, « la gestion du stress en milieu carcéral ;  l’organisation judiciaire et pénitentiaire, la technique et la réactualisation d’une enquête ». Il s’agit notamment d’améliorer les qualités  professionnelles des agents sociaux  afin de les aider à assurer une gestion optimale  des prisons, en  respectant les droits des détenus. 

Une manière, a déclaré  le représentant  de l’ordonnateur national du Fonds européen pour le développement( Fed), Martin Okogna, de permettre aux agents sociaux de parfaire leurs connaissances au regard du rôle important qu’ils jouent dans les prisons et les services judiciaires. « Par vos activités, vous participez à l’humanisation des prisons en vue de restaurer les détenus dans leur dignité.  Vos actions ont pour but de contribuer au relèvement moral des détenus tout en facilitant leur réinsertion sociale » a-t-il ajouté.

La  tenue de cette session de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des actions définies par le gouvernement congolais  et l’Union européenne dans le cadre du 10ème Fed. Notons que le projet Pareda vise à consolider l’Etat de droit en République du Congo dans le respect des orientations de la politique sectorielle de la justice établie par les autorités congolaises. Plus spécifiquement, le projet consiste à renforcer les acquis du précédent projet de l’Union européenne dans ce domaine, le Projet d’appui à l’Etat de droit (PAED).

 Le pareda devra aussi permettre d’améliorer le fonctionnement de la justice, ainsi que les conditions de détention. Il vise également à renforcer les capacités des Organisations de la société civile (OSC), notamment dans la promotion de l’accès à la justice et la bonne gouvernance.

 

 

 

Jean Jacques Koubemba