Justice : Jean Didier Elongo écope de deux ans d’emprisonnement ferme

Mercredi 23 Janvier 2019 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Reconnu coupable de détournement des fonds publics, l’ancien directeur général de contrôle des marchés publics (DGCMP) doit payer six cent cinquante millions FCFA dont une amende de cinquante millions et six cents millions à titre de dommages et intérêts à l’Etat congolais.

Jugé par la Cour d’appel de Brazzaville depuis quelques semaines pour détournement de fonds publics lorsqu’il dirigeait la DGCMP, Jean Didier Elongo a été condamné, le 23 janvier, à vingt-quatre mois d’emprisonnement ferme. Selon le verdict quelque peu clément prononcé par le premier président de la Cour d’appel, Christian Oba, l’accusé a été reconnu coupable « d’avoir à Brazzaville courant 2009 à 2018, en tout cas depuis tant couvert par la perception de l’action publique, détourné ou dissipé frauduleusement à son propre avantage ou à celui d’une institution ou d’un tiers, tout ou partie des deniers publics ou privés dont il avait individuellement la charge en raison de ses fonctions. »

Pour la cour, les sommes d’argent soustraites, détournées ou dissipées étaient supérieures à cinquante millions FCFA, faits prévus et punis par les dispositions de l’article 15 alinéas 1 et 2 de la loi 5-2009 du 22 septembre 2009 sur la corruption, la concussion, la fraude et les autres infractions assimilées.

« Par ces motifs, statuant publiquement, contradictoirement en matière criminelle en premier et dernier ressort sur l’action publique, déclare l’accusé Jean Didier Elongo coupable des faits mis à sa charge. En répression, lui faisant application de la loi, le condamne à la peine de vingt-quatre mois d’emprisonnement ferme et à une amende de cinquante millions FCFA. Sur les intérêts civils, reçoit l’Etat congolais en sa constitution de partie civile et condamne l’accusé à payer à l’Etat congolais la somme de six cents millions FCFA à titre de dommages et intérêts », peut-on lire dans le verdict de la cour.

Ainsi, trois jours d’audience ont suffi aux juges et au jury pour trancher. Notons que le ministère public avait requis dix ans d’emprisonnement ferme contre l’accusé alors que les avocats de la défense plaidaient non coupable, disaient-il, par faute de preuves de l’accusation. Condamné, Jean Didier Elongo, en détention depuis le 9 février 2018, dispose de trois jours pour pourvoir cette décision en cassation.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Jean Didier Elongo condamné à deux ans d’emprisonnement ferme/Adiac

Notification: 

Non