Justice : la Cour africaine des droits de l'homme demande la suspension du mandat d'arrêt contre Guillaume Soro

Jeudi 23 Avril 2020 - 15:19

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a ordonné, le 22 avril, à la Côte d'Ivoire de suspendre le mandat d’arrêt émis contre Guillaume Soro. Elle demande également la remise en liberté provisoire des dix-neuf proches et partisans de l’ancien président de l’Assemblée nationale en détention préventive depuis la fin décembre.

 

Dans son arrêt, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a donné raison aux avocats de ce dernier et ordonné à l’État ivoirien de surseoir l’exécution du mandat d’arrêt émis contre Guillaume Soro. « La victoire est toujours du côté de la justice », s’est réjoui l’ancien Premier ministre sur sa page Facebook.

Dans son argumentaire, la Cour africaine note qu’à six mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire supposée se tenir fin octobre, et alors que Guillaume Soro est candidat, « l’exécution des mandats d’arrêt et de dépôt contre des personnalités politiques (…) risque de compromettre gravement l’exercice des libertés et droits politiques des requérants ».

Guillaume Soro et ses compagnons sont, en effet, soupçonnés à des degrés divers, notamment de tentative d’atteinte à l’autorité de l’État et à l’intégrité du territoire, de détournements des deniers publics et blanchiment de capitaux. L’instruction est toujours en cours à Abidjan.

Notons que la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples, institution de l'Union africaine basée à Arusha, en Tanzanie, avait été saisie début mars par Guillaume Soro et ses proches.

 

 

 

 

Rude Ngoma

Notification: 

Non