Justice : Teodorin Obiang accepte de renoncer à 30 millions d’avoirs

Lundi 13 Octobre 2014 - 13:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Accusé d’avoir acheté tous ses biens avec l’argent issu de la corruption, Teodorin Obiang, le fils du président équato-guinéen, a décidé de renoncer à 30 millions de dollars d’avoirs pour conserver ses autres biens aux États-Unis où il était poursuivi pour corruption.

D’après un communiqué du ministère américain de la Justice, les juges de ce pays ont affirmé que la fortune Outre-Atlantique de Teodorin Obiang s’élève à 300 millions de dollars. Tout cet argent serait, selon la même source, issu de la corruption. C’est ainsi que devant la pression de la justice, le fils du président a accepté, en vertu d’un accord paraphé pour la circonstance de perdre 30 millions de dollars d’avoir. Il pourra toutefois conserver un avion d’affaire, un yacht et d’autres pièces de sa collection d’objets ayant appartenu à Michael Jackson, dont les célèbres gants blancs incrustés de cristaux.

L’accord conclu parle aussi de la conduite à tenir vis-à-vis du président de la Guinée équatoriale. Il empêche Teodoro Obiang Nguema « de dissimuler aux Etats-Unis tout argent volé » d’après le procureur général adjoint de la division criminelle du ministère de la Justice, Leslie Caldwell.

La justice américaine a indiqué que Teodorin Nguema Obiang percevait un salaire de 100.000 dollars par an, mais usait de son influence pour « amasser plus de 300 millions de dollars d’avoirs par la corruption et le blanchiment d’argent, en violation de la loi de Guinée équatoriale et des Etats-Unis ».

Avec les fruits de la vente de biens retenus dans le cadre de cette affaire, Washington a décidé de reverser 20 millions à une ONG en Guinée Equatoriale et d’affecter 10,3 millions en guise d’amende pour les redistribuer au peuple équato-guinéen en fonction de la législation, souligne le communiqué.

Notons qu’outre les biens de Teodorin Obiang, le patrimoine immobilier et mobilier de son père, l’actuel président équato-guinéen fait également l’objet d’une enquête en France. Teodoro Obiang est en effet visé par une enquête pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et abus de confiance, dite « des biens mal acquis ». Et depuis 2010, deux juges enquêtent sur les conditions d’acquisition du patrimoine immobilier et mobilier français de trois chefs d’Etat africains : le défunt Omar Bongo Ondimba du Gabon, Denis Sassou N’Guesso du Congo et Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale.

 

Nestor N'Gampoula