Justice : une plainte en vue contre Dunia Kilanga pour outrage au chef de l'Etat

Mardi 19 Novembre 2019 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le membre du Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD) est appelé à apporter les preuves de ses propos selon lesquels Félix Tshisekedi serait devenu président de la République par la seule volonté de son prédécesseur, Joseph Kabila.  

Cadre du PPRD, Dunia Kilanga a créé la sensation tout récemment à travers une vidéo postée sur le Net, dans laquelle il affirme, le plus sérieusement du monde, que Félix Tshisekedi est devenu président par la seule volonté de son prédécesseur, Joseph Kabila, qui lui aurait cédé le pouvoir comme sur un plateau d’argent. Pour ce « Kabiliste » pur sang, ni la Commission électorale nationale indépendante (Céni), encore moins le peuple congolais, n’a participé à l’ascension de Félix Tshisekedi au sommet de l’Etat, faisant ainsi fi du vote exprimé par le souverain primaire, le 30 décembre 2018, ainsi que des résultats validés par la Cour constitutionnelle.

Des propos mal digérés par plusieurs acteurs politiques, particulièrement par ceux du Cap pour le changement (Cach) qui y voient une vile provocation destinée à détourner l’actuel chef de l’Etat des défis qui l’attendent. C’est dans ce contexte que le Parti socialiste (PS), à travers son premier secrétaire national, est monté au créneau pour fustiger ce dérapage avec, à la clé, une plainte en gestation contre Dunia Kilanga appelé à apporter les preuves de ses allégations. « En déclarant que c’est Joseph Kabila qui a fait de Félix Tshisekedi président et non pas la Céni ni le peuple, Dunia Kilanga nous déclare juste que Joseph Kabila a truqué les élections. C’est de la haute trahison. Nous l’amenons en justice pour qu’il apporte les preuves de ses allégations », a dénoncé le leader du PS, Daniel Muana Nteba.  Et d’ajouter : « Il doit démontrer au parquet général comment Joseph Kabila a truqué les élections en publiant ses propres résultats en lieu et place de la Céni ».

Quand le processus légal et constitutionnel, à travers la Céni et la Cour constitutionnelle, démontre à suffisance que c’est Félix Tshisekedi qui est le vainqueur de la dernière présidentielle, le PS ne s’explique pas qu’un individu se permette de piétiner la souveraineté du peuple exprimée à travers les urnes. Le procureur de la République est, par ailleurs, exhorté à convoquer la Céni comme renseignant dans cette affaire qui ravive la polémique entre le Front commun pour le Congo et le Cach, pourtant logés à la même enseigne du pouvoir.  

 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Dunia Kilanga

Notification: 

Non