Leadership féminin : les représentantes de la société civile africaine tiennent à renforcer leur réseautage face à la Covid-19

Mercredi 5 Août 2020 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La présidente de l’ONG Independent Women Club (IWC), Splendide Lendongo, a interagi sur webinaire avec les délégués des organisations de la société civile de six pays africains, sur l’importance du réseautage des organisations féminines pour contrer la pandémie de Covid-19.

Les échanges sur webinaire, entre les femmes du Congo, du Gabon, du Sénégal, de la RDC, du Mali, de la Côte d’Ivoire, avaient pour thème : « La femme africaine face aux défis imposés par la pandémie Covid-19 ». Au terme des échanges, ces femmes ont souligné la nécessité de travailler en synergie pour contribuer de manière efficace au développement de l’Afrique dont le secteur informel est prédominant sur l’économie des Etats.

« S’assembler selon les secteurs d’activités font de nous une force. Cette crise a été très révélatrice pour chacune de nous, une prise de conscience, la découverte et redécouverte de soi-même, la découverte de certains talents et dons, une opportunité chère de passer du temps en famille et de redécouvrir le foyer familial, de se rapprocher les uns et des autres, de se redimensionner et surtout d’apprécier et de célébrer la vie. Elle nous a appris à toutes l’humilité, la compassion des autres et l’amour du prochain », a commenté Splendide Lendongo.

Ces représentantes de la société civile africaine ont réitéré leurs volontés de proposer aux Etats des initiatives pouvant relever les économies nationales. Elles ont également souligné que dans les secteurs formels ou informels, les femmes contribuent à l’économie africaine et mondiale. Ainsi donc, ont-elles insisté, leur présence ainsi que le sens inné de leurs affaires et de leurs managements s’affirment en tant que chefs d’entreprise, scientifiques, ingénieurs, éleveurs, agricultrices, commerçantes, employées de maison, commerçantes de marchés, commerçantes migrantes, cadre et dirigeantes, mécaniciennes dans des industries…

« Ce sont de réels atouts sur lesquels les Etats peuvent s’appuyer pour relever l’économie. Il suffit de leur faire confiance, de mettre à leur disposition des moyens et un environnement dans lequel elles peuvent pleinement s’émouvoir, elles surprendraient le monde avec des résultats plus que probants. Actuellement les pays les moins touchés par cette pandémie depuis le début sont ceux dirigés par des femmes ; on devrait se poser la question de savoir pourquoi et comment », a indiqué la présidente de l’IWC. Par contre, afin de freiner la Covid-19, l’ONG Independent Women Club a rappelé aux communautés les mesures barrières via les réseaux sociaux.

Les délégués des organisations féminines africaines recommandent aux Etats de recenser les ménages défavorisés et leur apporter toute l’aide nécessaire qui permettra la survie de ses foyers. Selon ces femmes, les Etats doivent aussi repenser le système économique et éducatif. Elles préconisent aussi que les nations renforcent les capacités d’accompagnement des femmes entrepreneures, les initient au digital.

 

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Les représentantes des organisations de la société civile des pays africains/Adiac

Notification: 

Non