Les immortelles chansons d’Afrique : « Agolo » d’Angélique Kidjo

Jeudi 23 Janvier 2020 - 20:44

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Artiste phare de la musique africaine, Angélique Kidjo sort un album explosif dénommé « Ayé » dans lequel figure « Agolo » l’un des titres lumineux de l’année 1994.

Enregistré entre le Paisley Park Studio de Minneapolis aux Etats-Unis, Londres et parvis, ce disque est produit par Will Mowat (Soul II Soul) et surtout David Z. Concocté dans un style afro music, métissage de folklores authentiques, de Juju music et de Funk, cet opus présente une originalité inouïe notamment avec le titre Agolo.

Chanté en langue Yorouba, ce tube qui évoque les problèmes de l’environnement va permettre à la diva béninoise de nourrir sa carrière avec une longue tournée internationale qui a débuté en Scandinavie. En Mars, elle fait un retour aux Etats-Unis. Elle a investi le bataclan, le 25 mai. Elle enchaîne ensuite avec une série de festivals. Le succès d’Agolo est énorme et son clip a été nominé aux Grammy Awards en 1995. Ce morceau a connu plusieurs versions dont celle du producteur Tricky. Angélique Kidjo a eu un parcours très élogieux. Elle joue au concert du prix Nobel en 1996 et en 2002, puis au lancement du mondial de football à Jonnesbourg, en 2010. Elle participe au bal organisé lors de l’investiture de Barack Obama en 2009.

La BBC a fait d’elle une des cinquante icônes du continent. Elle est la 1re diva africaine selon « Times Magazine.» Angélique Kidjo a collaboré avec plusieurs artistes tels que  Peter Gabriel, Manu dibango, Alicia Keys, Shakira, Herbie Mancok, Nina Simone et d’autres stars internationales. L’émancipation de la femme et de son intégration au développement ont toujours été au centre des préoccupations d’Angélique Kidjo. « Les femmes font l’Afrique. Quand l’une d’entre elles est éduquée, c’est toute une collectivité qui progresse », affirme-t-elle. De même, à travers sa fondation Batonga, elle soutient les études des jeunes filles en Afrique.

Tout au long de sa carrière, la diva s’est vu décerner plusieurs distinctions honorifiques : Grammy Awards du meilleur album de musique du monde (1999), Grammy Awards du meilleur album de musique du monde (2003), médaille de Vermeil de la ville de Paris (2004), commandeur de l’ordre national du Bénin (2008), célébrating women’s fondation (USA 2009), grand prix du monde de la Sacem, etc. Angélique Kidjo a su représenter la musique africaine au quatre coins de la planète. Elle est née le 14 juillet 1960 à Ouidah au Bénin. Elle commence a chanté à l’âge de 6 ans. Elle parle plusieurs langues, notamment le français, l’anglais, le fon, le yorouba et le mina.

 

Frédéric Mafina

Légendes et crédits photo : 

Angelique Kidjo

Notification: 

Non