Les immortelles chansons d’Afrique : "Awana W’afrika" de Pierre Akendengue

Jeudi 5 Décembre 2019 - 20:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

De tous les musiciens gabonais, Pierre Akendengue est sans doute le plus connu tant dans son pays que sur l’échiquier international. Il appartient à une caste de chanteurs africains qui a donné tout son sens à la notion d’africanité à travers sa célèbre chanson "Awana W’afrika". Avec la Maison Culturelle Biso na Biso, qui soutient cette rubrique, replongeons-nous dans ce chef-d’œuvre intemporel.  

 

"Awana W’afrika" (enfant d’Afrique) est sorti en 1982. Le succès de ce titre a commencé au Gabon avant de se déferler sur le continent entier et bien au-delà, devenant ainsi un hymne à l’éveil de conscience. « J’ai recueilli pour toi ô Africain, les sept principes de ton code, sept principes dont l’application fera de toi un guerrier, et tu obtiendras les premiers fruits », raconte cette chanson en langue myéné.

Une formule que Pierre Akendengue va assoir sur les concepts tels que umoja, l’unité du peuple ; bKuji kaguila, la détermination ;  ujima, l’unité dans le travail, dans la responsabilité collective ; ujamaa, l’unité économique (notre peuple dépense beaucoup mais ne possède rien) ; ou encore umani, qui représente la foi dans ce que nous faisons. L’artiste cite, d’ailleurs, des personnages comme André Matsoua et Kwamé Nkrumah à titre d’illustration.

Produit par Ntye, l’album a connu la participation de Prospère Nkouri, l’un des meilleurs percussionnistes d’Afrique, originaire du Congo Brazzaville. Vieux de 37 ans, le tube "Awana W’afrika" véhicule un message qui est toujours d’actualité.

Né le 25 avril 1943 à Awuta, au Gabon, Pierre Akendengue est initié à la musique par ses oncles, joueurs de cithare et de guitare. Il a 14 ans lorsqu’il commence à composer. L’artiste part étudier la psychologie en France. Alors qu’il fait son entrée au petit conservatoire de la chanson, il fait la connaissance de Mireille Hartuch, une chanteuse, compositrice-interprète et animatrice de la télévision française qui le conseille d’écrire dans sa langue maternelle.

En 1973, Pierre Akendengue rencontre le chanteur-poète, Pierre Barouth, créateur du label Saravah. Il sera le premier artiste du continent africain à enregistrer un album entier pour ce label. En 1985, de retour au Gabon, il crée un espace de rencontre artistique. Dix ans plus tard, il collabore avec Hughes de Courson dans l’album "Lambarena : bach to africa".

En 2018, pendant qu’il a 75 ans, Pierre Akendengue enregistre l’album " La couleur de l’Afrique". De 1973 à 2018, l’artiste a signé vingt-six albums et son disque "Nandipo", dans lequel il évoque une Afrique sublimée, est classé dans les cinquante albums essentiels de la musique africaine par le mensuel World-Music vibration.

Frédéric Mafina

Légendes et crédits photo : 

Pierre Akendengue

Notification: 

Non