Lire ou relire : " Caporal-chef ! "

Jeudi 23 Mai 2019 - 22:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Sous-titré "Mes devoirs et mes déboires civils", le roman de Rénaud Kouoma Kobi raconte la vie d’un jeune garçon dont l’évolution est marquée d’écueils.

La plupart des œuvres littéraires en Afrique ont fait de la question de l’homme, de sa vie et de sa condition sociale une thématique de prédilection. La condition sociale de l’Africain laisse souvent à désirer. Sa vie n’est qu’une suite de malheurs résultant des injustices sociales comme la non prise en charge des retraités qui défait les familles. Pour palliatif, le retour au village peut être considéré comme l’une des options préférentielles.

Les injustices sociales fragilisent et divisent la société. Les marginalisés abandonnés à leur triste sort se livrent, très souvent, aux viles activités pour leur survie. Et dans ces conditions, la vie n’est pas toujours facile, puisque le travail devient comme un feu qui les consume :  l’énergie dépensée est disproportionnée au rendement. Telle est l’expérience amère que fait Mandarine, la mère de Ninga, héroïne du roman, en devenant jardinière. Les études ne garantissent plus l’obtention d’un travail. On « étudie juste pour apprendre à compter ». La réussite dans ces conditions est souvent le fruit de la débrouillardise ou de la chance comme le découvre si bien Ninga qui choisit d’être sous les drapeaux.

Dans cette triste vie, pullulent souvent des vices comme le commérage. Le peuple étant oisif devient plus vicieux. « Chacun de ses locataires voulait savoir ce que les autres mangeaient. Ils voulaient connaître aussi toutes les activités menées. D’autres encore devisaient autour des qualités des habits, les griffes portées par les autres colocataires », lit-on à la page 14.

Ce roman réaliste, excèle certes quelque peu dans l’Afro-pessimisme. Cependant, au-delà des pesanteurs sociales, il laisse transparaître que la paupérisation du continent africain est avant tout une question de mentalités. Les œuvres de culture, telles ce roman, servent donc à éduquer et à interpeller pour les faire évoluer.

Né le 21 août 1990 au Congo-Brazzaville, Rénaud Kouoma Kobi est diplômé supérieur en droit public et ancien enfant de troupe. "Caporal-chef" est son premier roman.

Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

La couverture du livre

Notification: 

Non