Lire ou relire : « La Saison des perversions » de Julien Makaya Ndzoundou

Vendredi 23 Octobre 2020 - 13:13

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La crise morale de la société et ses incidences funestes, telle est la thématique majeure de ce roman du meilleur écrivain congolais de l’année écoulée, primé au Sanza de M’foa.

Roman de cent quatre-vingt-huit pages publié aux éditions LC, « La Saison des perversions » est une véritable autopsie morale de la société actuelle dans des pays où démocratie et respect des droits de l’homme sont encore à l’état de slogans. Sexe et trafic d’influence sont au cœur des intrigues ayant transformé le pays en un Sodome et Gomorrhe. La faculté de droit censée produire des garants d’une citoyenneté irréprochable est aux prises à des prédateurs sexuels qui exigent systématiquement des faveurs insolites aux pauvres étudiantes en échange des notes. Une triste pratique dénommée « opération Kilimandjaro » (page 10) répandue jusqu’au sommet de l’Etat.

Dans ce récit écrit dans un réalisme laboutansien, les bourreaux du sexe qui détournent les filles et nièces des autres sont eux-mêmes cocufiés dans l’ombre par des dignitaires plus offrant et encore poisseux dans l’âme. Ces derniers se servent goulûment des deniers publics pour entretenir d’innombrables maîtresses qui, pour la plupart, sont issues des foyers des autres.

Même l’octroi des postes et des promotions en politique et dans l’administration est influencé par des trocs indécents. Des universitaires aux politiques jusqu’aux pasteurs, ce vent de perversité n’épargne aucune couche sociale. Triste monde de harcèlement sexuel où la fidélité est mise à rude épreuve ou simplement remise aux calendes grecques sur fond d’hypocrisie. Les conséquences de cette déperdition sont la gabegie, la paupérisation croissante, la crise économique, la révolte populaire, les violences et oppressions et le sida. Tout ce cocktail se résume par la mort comme salaire du péché (page 184).

Psychothérapeute congolais, Julien Makaya Ndzoundou est aussi auteur de trois essais : « Pour une nouvelle gouvernance du Congo-Brazzaville », « Métempsychose constitutionnelle en République du Congo », « Crise et décadence de l’Afrique noire »  et du récueil de poésie « L’appel du Kilimandjaro ».

Aubin Banzouzi

Notification: 

Non