Littérature: A la découverte des œuvres de Weldy Kiongo

Jeudi 18 Juin 2020 - 18:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Auteur congolais glanant sur différents genres littéraires, Weldy Telemine Kiongo de Ingoba dit Ing Weldy Telemine Kiongo nous parle de ses œuvres. Entretien.
 

Les Dépêches du Bassin du Congo : Combien d’ouvrages avez-vous déjà publié ? Parlez-nous en succinctement ?

I.W.T.K. : J’ai cinq ouvrages déjà édités. Mon premier livre publié à l’Harmattan Paris est titré « Rire est mon aventure ». C’est une pièce de théâtre qui raconte certains drames que peut rencontrer une vie humaine, de l’ambition du pouvoir en passant par l’inceste. L’ouvrage compte 128 pages.

Mon deuxième livre « Homme d’Etat » avec 116 pages, publié aux éditions Presse et Culture et préfacé par Rosalie Kama est une autre pièce dont l’intrigue est construite autour du titre de l’époux de la présidente de la République, une façon de valoriser l’image de la femme.

Mon troisième livre, « Les dits de nos ancêtres », publié aux éditions Hemar en 2017 est préfacé par le Pr Mukala Kadima-Nzuji. Dans ce recueil de contes, je mets en relief l’intelligence de nos ancêtres et rend hommage à mon père qui nous avait quittés en décembre 2016.

Mon quatrième livre, préfacé par la ministre Rosalie Matondo est un opuscule consacré au président de la République.

Enfin, mon cinquième livre « La carte d’identité du fleuve Congo » véhicule un message encourageant la libre circulation entre les deux Congo. Le livre bénéficie de la préface du secrétaire général de la primature et de la postface de l’ancien vice-Premier ministre de l’Intérieur de la RDC.

L.D.B.C. : N’avez-vous pas d’autres créations littéraires en perspective ?

I.W.T.K. : Bien sûr, j’ai des manuscrits qui sommeillent encore dans le tiroir ; mais je me consacre d’abord à la vulgarisation de mon dernier livre « La carte d’identité du fleuve Congo », et voir avec la ministre Rosalie Matondo la réédition du livre consacré au chef de l’Etat d’ici novembre 2020 pour répondre à la demande des lecteurs qui le réclament.

L.D.B. C : Le 14 juin le Congo littéraire célèbre les 25 ans de la mort de l’écrivain Sony Labou Tansi, qu’avez-vous à dire au sujet de cette figure culturelle ?

I.W.T.K. : Sony Labou Tansi fut un écrivain engagé, prolixe et très entreprenant. Sa renommée internationale est incontestable, ses pièces de théâtre ont été jouées en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et dans beaucoup de pays africains. Vraiment Sony Labou Tansi fut un homme honnête, transparent et polyvalent, un modèle pour nous les écrivains qui venons après lui. Il fut aussi député national et fondateur de la troupe Rocado Zulu Théâtre d’où sont sortis beaucoup d’artistes de scène qui font aujourd’hui la fierté du pays.

Propos recueillis par Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

L'écrivain Weldy Kiongo

Notification: 

Non