Littérature : Paola Elenga-Onimba signe « Une seule vie »

Jeudi 1 Octobre 2020 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’auteure aborde dans son ouvrage de quatre-vingt –dix pages le deuil comme thème principal.  On y trouve également d’autres sujets comme l’amour familial, la fraternité, le besoin de croître, la renaissance.

 Paru cette année aux éditions La Doxa, le livre « Une seule vie » est un récit autobiographique douloureux qui nous fait découvrir l’expérience douloureuse de Queenie, une jeune fille de neuf ans qui a perdu sa mère et que son entourage lui a caché cette perte.  Après une année, sa tante Clara lui fait savoir que sa mère était décédée.

Cette absence l’a complètement bouleversée, l’emporte parfois à rester assise, toute la journée dans un coin de la maison, seule, les yeux fermés. Tout autour d’elle devient obscur et elle souffre énormément.

 « Perdre une mère, c’est perdre une bonne partie de son devenir. Malgré la présence de ceux qui restent, nous sommes conscients que personne ne peut remplacer une mère. Même quand ceux qui restent font tout ce qui est en leur pouvoir pour nous rendre heureux ou heureuses, perdre une mère c’est perdre beaucoup de choses, c’est perdre le sourire, c’est voir certains de nos espoirs anéantis, c’est parfois voir voler en éclats une certaine harmonie intérieure, c’est être confronté à ses limites. », pense l’auteure.

Sa tante Clara est l’une des femmes qui lui a marqué positivement, cependant, elle ne peut remplacer sa mère. « Ma mère à moi est juste irremplaçable. Déjà à cet âge-là, je savais qu’une mère était unique. Avec le temps, je peux l’affirmer sans ambages : on ne remplace pas une mère », a fait savoir Queenie.

Bien que perdre un être cher fait souffrir mais, cela ne veut pas dire que la vie s’arrête, non, elle doit suivre son parcours, il faut pouvoir avancer pour exister soi-même. « Ce livre ne nous rend donc pas tristes ou muets, il nous invite à croire en la possibilité de la vie, malgré tout », exhorte l’auteure.

Elle raconte dans le dernier chapitre du roman comment l’attention de certaines personnes et l’amour d’un homme lui constitueront des ingrédients importants pour combler certains manques et pour avancer.

Paola Elenga-Onimba est originaire du Congo-Brazzaville. Diplômée en gestion financière et en administration des entreprises, la culture est aussi sa passion. L’ouvrage « Une seule vie » est sa première œuvre littéraire.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo la couverture de l’ouvrage/ DR

Notification: 

Non