Livre : « la Case en Carton », deuxième roman de Léopold Togo

Lundi 29 Juin 2020 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le récit relaté dans ce roman a été inspiré des faits réels.  Il s’agit, en effet, de la lutte pour la récupération d’une propriété familiale vendue à un riche commerçant.

  Daran est un jeune paysan, héritier des terres, propriété des siens depuis des lustres, son père les a vendues à Madjou, un riche opérateur économique qui les a aménagées en verger et aires cultivables. Cette superficie, il l'a acquise en toute légalité, titre foncier à l’appui.

Le nouveau propriétaire ordonne à Daran et aux paysans de vider les lieux au risque de déménager par la force.  Les victimes sont abandonnées à elles-mêmes, ne trouvant nulle autorité pour défendre sincèrement leur cause.   Conscient que c'est la pauvreté qui a poussé son père à les vendre à un prix très dérisoire, la colère le ronge et il veut récupérer les champs.

Daran se retrouve sans terre, il réalise que les personnes nanties ont profité de leur ignorance et leur pauvreté poursoutirer leur bien, et qu’il faudrait corriger cette erreur humaine un jour ou l’autre. Le jeune paysan accepte de travailler avec un cœur meurtri comme ouvrier sur ses propres terres.

 Il lie l’amitié avec les uns et les autres ouvriers mais surtout avec le plus jeune du groupe, Bamba, un jeune ingénieur agronome, responsable technique, chargé de la surveillance de la ferme, Daran pense que ce jeune homme pourra mobiliser un grand nombre des paysans afin de récupérer leurs terres.

Les différents revenus récoltés le révoltent de plus en plus ; il a compris que la terre à une valeur inestimable, se souvient des paroles du vieil ancêtre « La terre se prête, elle ne se vend pas », page 14. Il se rend compte que l’hectare vendu par son père à un prix vil vaut plusieurs millions. Mais, comment corriger cette tendance ?

Daran essaie de convaincre Bamba, celui-ci ne voit pas le problème de la même façon, il pense que les temps ont évolué et que tout va avec son temps. Le jeune ingénieur lui fait comprendre qu’autant les anciens avaient des raisons de ne pas vendre la terre, autant de nos jours la vente des terres devient une nécessité.

Très fâché, Daran vocifère « Comment tu oses soutenir ces sangsues du monde paysan ? Ils sucent notre sang et en sont repus, et toi, tu sembles encourager cela. Tu dois savoir d’où tu viens si tu veux réussir un jour », page 15.

Il en veut tellement à ces prédateurs, commence à perdre la raison, son monologue est plein de passion jusque au point où il complimente Bamba pour qu’il s’aligne à eux. Il entreprend des voyages auprès des chefs de village pour sensibiliser et organiser le monde paysan en vue de récupérer leurs terres.

Léopold Togo est réalisateur de cinéma et de télévision, auteur de plusieurs films documentaires. Il fait partie de la nouvelle vague de cinéastes qui ont apposé à partir de 1979 leurs empreintes sur le cinéma malien. De l’écriture du cinéma à celle du livre, l’ouvrage « la Case en Carton » est son deuxième roman, paru en  avril 2020, il vient après le livre « Saguimé » publié en 2013.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo : l’ouvrage « la Case en Carton » de Léopold Togo

Notification: 

Non