Livre : le devoir de mémoire d’Herman Bangi Bayo

Jeudi 5 Septembre 2019 - 20:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

« Les immortels de la rumba congolaise – devoir de mémoire »,  tel est le titre de l’ouvrage que s’apprête à sortir Herman Bangi Bayo aux éditions Mont de Cistal en ce mois de septembre.

Herman Bangi Bayo est journaliste, écrivain, poète, opérateur culturel ou encore manager,  il est acteur du temps d’aujourd’hui, témoin du tempsd’hier pour ne pas le voir sombrer dans l’oubli. Dans son livre, à paraître prochainement, il dresse le portrait en une centaine de pages de vingt-cinq immortels de la rumba congolaise.  Une sorte de portrait de famille où l’on y retrouve les Paul Kamba, Papa Wemba, Tabu Ley Rochereau et autres tous aussi célèbres,  qui ont  contribué à ce que la rumba dépasse les frontières. Pour que cette rumba à travers les « immortels » d’Herman puisse voyager encore à l’international, l’auteur a également fait traduire, dans ce même ouvrage, ses textes  en anglais par un ami professeur à l’Université de Michigan, aux Etats Unis. Cette « beautiful » idée est agrémentée d’une autre tout aussi belle, celle d’illustrer les vingt cinq immortels par des photographies inédites, tirées de dessins au fusain ou peintures sur toile,  qui ajoutent au tableau une véritable note picturale aussi originale qu’artistique. Onze de ces illustrations étant notamment signées par le talentueux, et non moins célèbre, artiste peintre Chéri Chérin de Kinshasa, autre valeur ajoutée à ce devoir de mémoire. 

Le bois est encore vert, la plume agile, l’esprit plus vif que jamais

Mais Herman Bangi Bayo ne fait pas de cet ouvrage qu’un simple devoir de mémoire quant au passé de la rumba congolaise, non, l’homme incarne à  lui seul et à proprement parler la mémoire de cette musique, celle de nos deux Congo confondus. Il est de ceux, avec Clément Ossinonde et quelques autres, qui immortalisent à leur façon les immortels, qui laissent l’empreinte de l’histoire dans les mémoires collectives, la rendent indélébile. Un jour viendra et le plus tard possible où Herman Bangi Bayo fera parler l’adage africain qui dit que lorsqu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. Mais, si Herman est du bois dont on fait les bibliothèques, rassurez vous, le bois est encore vert, la plume est toujours agile, l’esprit plus vif que jamais.

Coordinateur avec Jean Paul Bokanga et François-Médard Mayeko d’un livre hommage sur Papa Wemba, écrit collectivement à travers de nombreuses contributions de personnalités, Herman Bangi Bayo est également l’auteur du recueil de poèmes « L’espoir fait vivre ». On ne compte plus ses nombreuses collaborations en qualité de journaliste  que ce soit pour la France ou l’Afrique du Sud et bien naturellement pour les deux Congo. Pour celui qui fut également le directeur de la publication des journaux « Le Choc » et « Epanza Makita » à Brazzaville, il n’y a qu’un pas dans le monde des médias et de la littérature à ce qu’Herman ne devienne à son tour immortel !

 

 

Philippe Edouard

Légendes et crédits photo : 

Couverture du livre Herman Bangi Bayo, à gauche

Notification: 

Non