Marche verte : le Festival du jardin annonce les couleurs

Lundi 14 Octobre 2019 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Effectuée le 12 octobre sur un tronçon de dix kilomètres, du boulevard du 30-juin depuis la Place de la gare jusque sur l’avenue Libération (ex-24 novembre), la ballade à pied a servi à communiquer sur la seconde édition du marché aux plantes prévue du 23 au 27 octobre, à l’espace Le cercle libération.

 

La marche verte au niveau de l’avenue de la LibérationLa marche verte achevée, son initiatrice, Ortie Matomba, s’est réjouie du parcours effectué sous un soleil clément même si l’effectif attendu n’était pas au complet. « Nous étions partis de la gare centrale jusque sur l’avenue de la Libération, plus précisément au Cercle libération, le cadre où se tiendra notre marché aux plantes, le Festival du jardin. Nous avons effectué dix kilomètres à pied dans le but de communiquer sur la tenue de cet événement , nous sommes essoufflés mais c’est pour la bonne cause », a-t-elle dit, le sourire aux lèvres.

L'activité a réuni une vingtaine de militants de la cause environnementale,  en marge du Festival du jardin. Il s’agit du marché aux plantes initié par l’association La graine d’Ortie dont la seconde édition se tiendra en cinq jours, du 23 au 27 octobre, de 9h à 18h. Le public ciblé, a indiqué Ortie Matomba est la population tout comme les décideurs parce que les messages qui y seront délivrées concernent tout le monde. « Nous tenons à la présence des décideurs car cela devrait les emmener à prendre des mesures qui vont inciter la population à adopter des comportements qui devraient améliorer la vie à Kinshasa », a-t-elle déclaré. Déjà, la ville de Kinshasa va y contribuer en veillant à assurer son volet scientifique, a souligné l’administrateur-gérant de La graine d’Ortie.

Le Festival du jardin ne s’arrête pas qu’au marché aux plantes, a-t-elle confié, évoquant les formations programmées « pour inciter les Kinois à s’impliquer de façon plus active dans la lutte contre le réchauffement climatique ». Et d’expliquer : « En fait, le but primordial du Festival du jardin a toujours été d’emmener les Kinois à comprendre l’importance de la protection de leur environnement. Nous tenons à ce que les Kinois saisissent mieux la notion de réchauffement climatique de sorte qu’ils réalisent pourquoi il faut lutter contre lui... C’est cela notre combat pour cette année, d’où le thème “Le réchauffement climatique : Kinshasa s’implique“ ».

Appui des ONG

Eric Lowate, président de l’ONG Initiative pour le développement durable interactif (Iddi), rencontré au Cercle libération, était au nombre des marcheurs du samedi. Accompagné des membres de l’Iddi, il  a dit : « J’ai participé à la marche parce qu’elle cadre avec l’un de nos objectifs, à savoir la lutte contre le réchauffement climatique. La marche verte avait pour but de sensibiliser la population à l’importance de la lutte contre le changement climatique. Cela rejoint l’un de nos objectifs qui consiste à militer, sensibiliser et mobiliser la population, la grande masse, pour qu’ensemble nous puissions lutter contre le changement climatique ».Les marcheurs arrivés au Cercle Libération au bout de dix kilomètres de marche

Passé l’étape préliminaire de la marche, Eric Lowate a assuré que son équipe prendra part aussi au Festival du jardin. «  Le Festival fait la promotion de l’économie verte qui est toute une activité lucrative pratiquée dans le respect des normes de l’environnement », a-t-il souligné, poursuivant : « La vente des plantes ornementales ou d’ombrage ou des arbres à fruits est une activité qui va rapporter du lucre et contribuer aussi à la protection de l’environnement, tout autant que l’apprentissage du recyclage des déchets ménagers, par exemple. Nous allons l’appuyer ».  

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La marche verte au niveau de l’avenue de la Libération Photo 2 : Les participants arrivés au Cercle libération, au bout de dix kilomètres de marche

Notification: 

Non