Médias en ligne : vers une économie numérique en presse écrite

Samedi 12 Septembre 2020 - 14:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’initiateur du projet dénommé « Ba Sango » qui signifie en français nouvelles, Alain Kevin Andely, a annoncé le 10 septembre, au cours d’un entretien avec le quotidien « Les Dépêches de Brazzaville » que son projet permettra de diversifier l’économie numérique de la presse écrite en ligne.    

L’objectif est de valoriser l’écriture et accroître la visibilité des professionnels des médias spécialisés en presse écrite. Les informations seront diffusées à travers un site www.basango.cg, un projet d’économie numérique.  Il a pour cible la presse écrite en ligne pour donner un accès aux contenus des différents journaux, magazines, bandes dessinées, livres à travers les technologies de l’information.  Le projet se veut être une plate-forme interactive permettant aux usagers d’acheter et de s’abonner aux publications de presse écrite tant prisées.

Il permettra à cette presse de bénéficier d’une réduction des coûts d’impression et de distribution d’un côté et de se rapprocher avec les lectorats de l’autre. Parmi les avantages figurent également l’archivage et la conservation du contenu, la visibilité à l’extérieur du pays et bien d’autres.

Toutefois, du côté de la littérature, Ba sango offrira la possibilité aux écrivains de commercialiser leurs œuvres directement en ligne sans avoir passer par la maison d’édition.   

Interrogé sur ses motivations du projet, l’initiateur a souligné l’idée du E-commerce afin de vendre en ligne tout type de parution. « L’idée est née d’un constat fait sur la difficulté de parution des éditions liées au financement venant des annonceurs ou des subventions publiques. L’accès au web est gratuit pour une durée d’un an pour permettre aux usagers d’utiliser le modèle économique numérique et de toucher un large public », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’abonnement, précise Alain Kevin Andely, le premier type d’abonnement restera gratuit avec une répartition au niveau de vente et le deuxième avec un petit prix et une grosse part des ventes. « La plate-forme a un protocole de sécurité pour assurer les éditeurs. Nous servons d’intermédiaire entre le lectorat et les éditeurs en faisant le point de manière périodique pour la transaction vers les intéressés », a dit l’initiateur.

Il a évoqué l’appui du ministère de la Communication et des Médias à leur initiative afin de faire valoir les produits des différents canaux d’information. De même, la tenue d’un atelier de sensibilisation de la nouvelle plate-forme dans les tout prochains jours afin d’informer le lecteur sur l’utilité du nouveau moyen d’accès aux différents types d’édition.  

Lydie Gisèle Oko

Légendes et crédits photo : 

Alain Kevin Andely lors de l'entretien (Adiac)

Notification: 

Non