Médias : Le CSLC met en garde contre toutes menaces envers les journalistes

Mercredi 13 Mai 2020 - 18:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le collège des membres du Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) a tenu, le 12 mai, une session spéciale pour examiner la situation professionnelle des journalistes dans l’exercice de leur métier. A cette occasion, le régulateur a mis en garde contre toutes intimidations proférées à l'encontre des journalistes dans l’exercice de leur métier.

Le collège des membres du CSLC s’est réuni pendant deux jours en procédure d’auto-saisine, pour examiner le dossier concernant Rocil Otouna, journaliste-présentateur de journaux sur la télévision nationale, sanctionné récemment par sa hiérarchie, à l’issue d’une émission. Dans son rapport, le régulateur qui a auditionné l’intéressé, a relevé que le journaliste a été bel et bien sanctionné par la direction de son média.

« Cette sanction, qui ne se réfère à aucun texte juridique et qui n’est acté par aucune note administrative, lui a été annoncée verbalement par le directeur général de télé Congo, sans lui fournir d’explications sur cette éventuelle faute professionnelle. La commission administrative et juridique chargée de la déontologie et l’éthique n’a relevé aucun fait constitutif de faute professionnelle ou constaté un acte d’indiscipline posé par le journaliste », relève le rapport du CSLC.

En conséquence, le régulateur des médias exige la réhabilitation pure et simple et sans délai, du journaliste dans sa tâche de présentateur de journaux. Pour ce faire, le CSLC recommande l’arrêt des menaces et intimidations exercées contre les journalistes dans l’exercice de leur profession, et invite tout citoyen ou autorité qui se sentirait lésé par le travail des médias, à s’adresser à lui.

Changer le statut de la Radio-Congo et Télé-Congo

Cependant, afin de permettre aux journalistes évoluant dans les médias d’Etat d’exercer leur profession dans la quiétude, le CSLC exige l’élaboration d’un nouveau cadre juridique des médias publics au Congo, doté de la personnalité morale et d’une autonomie de gestion. L’objectif est de transformer Radio-Congo et télé-Congo en des établissements publics administratifs jouissant d’une autonomes de gestion. Ce cadre juridique doit être complété par un texte normatif liant l’Etat aux diffuseurs publics sous la forme d’un contrat d’objectifs et des moyens.

« Le régulateur s’est rendu compte que la radio et la télévision nationales ne sont pas gérées comme il se doit. C’est ainsi que le CSLC recommande le changement de statut de ces deux médias publics », a précisé le président de la commission administrative et juridique chargée de la déontologie et de l’éthique, Asie Dominique.

De même, le conseil demande l’arrêt du cumul de fonctions pour des journalistes évoluant dans les médias publics, tout en étant attaché de presse, conseiller, chargé de mission ou de toute autre fonction au sein des cabinets institutionnels, ministériels et bien d’autres administrations publiques.

Clôturant la session, le président du CSLC a invité les professionnels des médias à exercer leur métier avec professionnalisme.

« Les journalistes doivent exercer leur métier en respectant la déontologie professionnelle. Vous êtes appelés à dresser des barrières vous permettant de protéger votre noble profession contre toute forme de prédation. Votre travail appelle de vous une conscience élevée, nourrie par l’amour de cette profession que vous avez choisie. C’est même là qu’elle tire toute sa noblesse », a exhorté Philippe Mvouo.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

Le bureau du Cslc lors de la délibération/Photo Adiac

Notification: 

Non