Médias publics : les pigistes veulent voir clair sur leur dossier d'intégration à la fonction publique

Mercredi 23 Octobre 2019 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les prestatairess dans les organes de presse publics, pigistes et stagiaires, ont manifesté leur mécontentement, le 23 octobre à Brazzaville, du fait qu’ils ne sont pas pris en compte au sein de la commission chargée de statuer sur les problèmes qui les concernent.

Un concert de casserole a rythmé la matinée du 23 octobre devant le ministère de la Communication et des médias. « Quota ébima » ou « Sortez le quota » a été le refrain repris en chœur par les journalistes pigistes et stagiaires des médias publics : Télé Congo, Radio Congo, Nouvelle République ( dont on ne connaît plus la date de la dernière parution), l’Agence congolaise de l’information et bien d’autres. « Nous réclamons notre implication dans la gestion du quota qui nous est réservé », a expliqué le président du Collectif des pigistes et stagiaires, Rama Trésor Libobolo Zatonga, soulignant que les structures sous tutelle du ministère de la Communication et des médias sont tenues par les pigistes à 80%. Il y en a qui sont à dix ans d’exercice et plus, sans être intégrés à la Fonction publique. 

La contestation de ces derniers est, en effet, liée au fait que le ministre de la Communication et des médias, Thierry Lézin  Moungalla, a mis en place une commission chargée de statuer sur la problématique d’emploi des agents de la communication et des médias. La note qui consacre l’exercice de ladite commission a été signée, le 15 octobre courant. « Le Collectif des pigistes et stagiaires n’est pas pris en compte puisque cette commission, dirigée par le ministre lui-même, est composée de son directeur de cabinet, de son conseiller administratif et juridique avec pour membres les directeurs généraux des sept structures rattachées au ministère », selon les manifestants.

Le président du Collectif a salué le travail fait en amont par le vice-Premier ministre en charge de la Fonction publique, Firmin Ayessa, qui avait mis la communication sur la liste des secteurs devant bénéficier des recrutements au cours de cette année. Ils ont, par ailleurs, reconnu le travail que fait le ministre Thierry Moungalla pour la même cause, nuançant: « Mais, le ministre de la Communication est mal entouré puisqu’on lui a même fait signer une note de service sans ampliations », a fait savoir Rama Trésor Libobolo Zatonga. Allusion faite à la note mettant en place la commission tant critiquée par les pigistes étant donné qu’eux, les premiers concernés, ne sont pas pris en compte. Ils estiment néanmoins qu’il n’est pas trop tard pour les autorités compétentes de refonder la commission de sorte qu’ils soient représentés dans cette structure chargée de statuer sur leurs problèmes.

 

 

 

 

 

 

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Pigistes et stagiaires en concert de casserole devant le ministère de la Communication

Notification: 

Non