Meeting d’"Ensemble" du 9 juin à Kinshasa : Moïse Katumbi confirme son retour imminent

Samedi 9 Juin 2018 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Intervenant en direct par vidéo et suivi sur écran par ses partisans, l’ex-gouverneur du Katanga a mis un accent particulier sur l’unité de l’opposition pour une victoire à la prochaine présidentielle de décembre.

Juste une dizaine de minutes, tel est le timing qu’a duré la manifestation de la plate-forme électorale « Ensemble pour le changement », organisée ce 9 juin à la Place Sainte-Thérèse, dans la périphérie ouest de Kinshasa.  Une dizaine de minutes pour écouter le candidat président que soutient ce regroupement politique qui, à l'occasion, aura battu le rappel des troupes en mobilisant toutes les composantes affiliées, à l'instar de l'AMK, du G7 et autres. Tous les partis politiques membres de cette plate-forme étaient bien représentés comme en témoignent les drapeaux multiformes qui flottaient au ciel.

La masse humaine qui a déferlé sur le site était bien à la hauteur de l’événement. Les policiers, très discrets dans leur action, ont encadré les militants comme il se devait, sans verser dans les excès à tel point qu’aucun incident majeur n’a été enregistré tout au long du meeting.

L’intervention en direct par vidéo conférence de l’ex-gouverneur du Katanga est sans doute le moment clé de cet événement. Son apparition à l’écran a suscité une liesse populaire sur fond des chants et slogans à sa gloire. Vêtu d’une chemise blanche et arborant le drapeau national, Moïse Katumbi a tenu un discours direct et asséné quelques pics au pouvoir en place. « Je sais qu’il y a une forte misère au pays. Pas d’électricité ni d’eau, encore moins l’argent. Pas de travail. Je rentre pour résoudre cette crise. Ces gens de la majorité ont peur de moi. Je rentre bientôt, je vais commencer par la capitale », a-t-il déclaré, devant une foule hystérique. 

Outre l’annonce de son retour au pays, l’autre axe de son discours a été consacré à l’avenir de l’opposition qui, de son point de vue, doit impérativement jouer sa carte à fond lors des prochains scrutins. Pour gagner la bataille de la présidentielle, il a réaffirmé l’option d’une candidature unique de l’opposition. D’où le sens de ses récentes concertations avec l’UDPS et l’UNC. « Moi et mes frères Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, sommes unis pour une candidature unique de l’opposition à la présidentielle », a-t-il déclaré, tout en rejetant le recours de la machine à voter pourtant présentée par la Céni comme incontournable si le pays veut organiser les élections au mois de décembre. Il a, par ailleurs, salué l’acquittement de Jean-Pierre Bemba par la Cour pénale internationale, tout en martelant sur l’imminence d’une alternance politique au sommet de l’Etat qui passe nécessairement par l'unité de l‘opposition.          

  

   

 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Les cadres d'Ensemble lors du meeting du 9 juin

Notification: 

Non