Message à la nation. Félix Tshisekedi : « Nous sommes au service exclusif des Congolaises et congolais»

Lundi 9 Septembre 2019 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Quelques heures après les cérémonies de remises et reprises qui ont eu lieu le 7 septembre dans les différents ministères à la suite de l'investiture du Premier ministre et de l’adoption, par le parlement, de son programme d’action, le président de la République a cru bon d’interpeller les nouveaux promus sur le sens de leur mission.

C’est dans un message laconique préenregistré et diffusé dimanche soir à la Radio télévision nationale congolaise que Félix Tshisekedi a lancé son appel aux nouveaux dirigeants des institutions du pays, tout particulièrement « à ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques ».  Le chef de l'Etat leur a demandé de changer de comportement et de l'adapter à l’effort du redressement du pays vers lequel doivent converger toutes les énergies. « Le vrai changement commence par le changement de comportement de chacun d'entre nous », a déclaré, sans ambages, le président de la République.

« Le premier signe visible de changement sera celui de votre comportement, de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le peuple congolais. Nous sommes au service exclusif des Congolaises et Congolais », a-t-il lancé. Dans le même ordre d’idées, Félix Tshisekedi s’est dit optimiste pour l’émergence d’un « Congo nouveau », « un Congo des travailleurs, responsables, vigilants et gagneurs », « un Congo débarrassé de la haine, du tribalisme... où il n'y a pas un camp politique contre un autre, mais un seul camp politique : le Congo ».

Et d’enchaîner : « Nous avons le devoir de porter les grands rêves et de redonner de la grandeur à notre pays, de bâtir un Congo débout et digne (…) C'est le Congo que je veux pour tous. Ce Congo est possible si nous acceptons de changer dès à présent ». Félix Tshisekedi a plaidé, dans la foulée, pour l’implication de tous dans l’œuvre de la reconstruction nationale, chacun étant appelé à apporter sa pierre à l'édifice.  « Le changement que nous attendons, le changement que vous attendez ne sera possible que si chacun adopte la même attitude responsable face aux problèmes que sont les nôtres (…). Nous devons changer et incarner le changement partout ou nous sommes pour que le pays évolue », a-t-il recommandé.

A ceux qui veulent le développement, hic et nunc, en misant sur le programme de cent jours dont ils attendent les effets à court terme, le chef de l'Etat estime qu’il « ne va pas résoudre nos problèmes en quelques mois, mais constitue un début de solution».  Le président de la République a rappelé avoir trouvé, à son avènement à la tête du pays, un Congo en friche empêtré dans une situation de crise et marqué par des lendemains incertains. Cependant, a-t-il assuré, malgré la multiplicité des problèmes et l’immensité des défis, il n’est pas impossible d’y remédier, « de changer notre mode de vie dans la société ». Nonobstant l’état du pays en déliquescence avancée, Félix Tshisekedi a soutenu avoir travaillé avec des moyens disponibles. Sans attendre réunir toutes les conditions requises, il a lancé le programme de cent jours sur lequel reposent les espérances de tout un peuple.             

Ce programme«donne la preuve que par notre volonté, seuls, nous pouvons trouver des solutions à nos problèmes et surtout apporter des changements positifs », se convainc le président de la République, estimant être sur la bonne voie au regard des projets mis en place, dans le cadre de ce programme dont plusieurs  projets sont en cours d’exécution. «Nous avons commencé à doter nos villes de certaines infrastructures et d’apporter les réponses dans la production agro-industrielle ainsi que dans le domaine de la santé et dans bien d’autres. Nous avons ouvert plusieurs chantiers », a-t-il indiqué. Le chef de l'État est d'avis qu'il est possible « de bâtir un Congo debout et digne » et tient à embarquer ses compatriotes dans une dynamique d’espérance à un futur meilleur.  

Alain Diasso

Notification: 

Non