Métier du spectacle : Cléo Konongo, formateur en création de lumière

Jeudi 24 Octobre 2019 - 21:21

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

« N’est pas artiste qui le veut », dit un dicton populaire. Pour le devenir, il faut avoir au départ la profession  dans le sang. Mais contrairement à sa famille, Ange Cléoface Konongo dit Cléo Konongo a trouvé son salut dans le métier de créateur lumière. 

La profession de créateur lumière n’est pas bien connue au Congo par rapport au régisseur lumière. Ele nécessite une forte connaissance des consoles lumières et des projecteurs dans une pièce du spectacle retenue par le metteur en scène ou le scénographe. Ce métier technico-artistique a finalement séduit Cléoface Konongo. Petit fils d’une famille de sculpteurs bien connue à Brazzaville, il est de la troisième génération de la généalogie de Benoît Konongo, qui a apporté la sculpture moderne au Congo.

Contrairement aux autres membres de sa famille, Cléoface a jeté son dévolu sur la régie lumière, après un stage en régie générale à l’Institut français du Congo de Brazzaville. Grâce à son savoir-faire, il est sollicité par les Compagnies « Baning’Art » de Delavallée Bidiéfono et « Les bruits de la rue » de Dieudonné Niangouna. Il commencera à émerger, à se professionnaliser et à faire le tour du monde.

En 2010, il effectue son premier voyage avec Baning’Art, qui les amènera dans douze pays africains pour des spectacles.  C’est lui qui en était le technicien. Après Baning’Art, il est sollicité par d’autres compagnies pour des spectacles de danse contemporaine à Brazzaville.

Bénéficiaire d'un stage en France en 2014, il va se perfectionner grâce à une structure de ce pays qui subventionne les formations technico-artistiques. Aujourd’hui, Cléoface Konongo s’est lancé à son tour dans la formation pour perpétuer le savoir-faire en création de lumière. Il assure également les directions techniques.

« J’ai une résidence de création avec Hermann Djéfuss au CSM de Caen, en France. En novembre, on aura une dizaine de tournées. J’ai aussi un projet avec ces jeunes qu’on appelle les Courageux et une formation à Luanda (Angola) sur la création lumière, en décembre. En janvier, je serai en résidence avec une troupe française qui s’appelle Louve. Nous avons une pièce dont le montage est en cours, ce sera à Vitry. Ça parle des Guerrières. Je travaille également dans une pièce de Delavallée qui s’appelle Monstre, on ne danse pas pour rien », se présente ainsi l’agenda de l’artiste.

Notons que Cléo Konongo a reçu le Prix de meilleur régisseur lumière des deux rives du fleuve Congo à l’occasion du Festival international des sonorités de Kinshasa, en juin dernier. Un grand moment de récompense des métiers techniques, des artistes et de ceux qui travaillent autour de la scène.

Achille Tchikabaka

Légendes et crédits photo : 

Cléo Konongo

Notification: 

Non