Mindouli : les Etats-Unis réhabilitent soixante étangs piscicoles au profit de la population

Mardi 13 Août 2019 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Todd Haskell et le haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolélas, ont visité le premier centre piscicole de Mindouli, le 13 août, pour constater l’état d’avancement des travaux. Ceux-ci s’exécutent normalement et la délégation y est sortie satisfaite.

Le projet de l’ambassade, qui s'inscrit dans le cadre du Programme d’assistance alimentaire pour la création d’actifs en faveur de la population retournée du Pool, prévoit la réhabilitation de deux cent cinquante étangs piscicoles dans tout le département, repartis sur cinquante sites. Ainsi, une enveloppe conséquente a été dégagée par l’ambassade des Etats-Unis, dont la gestion est confiée au Programme alimentaire mondial (PAM). Sur le terrain, l’ONG française APDRA, spécialisée dans la pisciculture est requise pour exécuter les travaux.

A Mindouli, ville pilote, il est prévu la rénovation de soixante étangs de grande capacité sur plusieurs sites. Au centre piscicole de Lambakoua Ndolo que la délégation a visité, les travaux ont commencé depuis février, et deux cents paysans, dont quatre-vingt femmes, venus de douze groupements d’intérêt économique (Giec) sont mis à contribution.

A ce jour, six étangs d’une superficie allant jusqu’à 2350 m2 sont déjà achevés, dont un étang de reproduction ; un étang de pré-grossissement et quatre étangs de grossissement. Depuis le mois dernier, environ vingt mille alevins y ont été introduits, pour être vendus en janvier 2020, soit six mois après. Les espèces hébergées sont des tilapias.

A la fin, ces étangs seront remis aux groupements après les avoir formés en la matière, afin qu’ils gèrent eux-mêmes et en tirent bénéfice. 

Sur le même site, ces paysans pratiquent aussi le maraichage. Un hectare y est requis pour cultiver le chou, la ciboule, la tomate et bien d’autres maraichers, l’objectif étant d’accroître la production halieutique et agricole afin de contribuer à l’autosuffisance alimentaire et réduire la faim dans le département et dans le pays.

« Les Etats-Unis d’Amérique ont versé cette année plus de 5,5 millions de dollars au Programme alimentaire mondial, pour une assistance aux populations vulnérables. Ces fonds ont permis de soutenir 103 groupes d’éleveurs de poissons sur 106 sites et de réhabiliter un total de 542 étangs. Ces étangs produiront environ 145 tonnes de poissons tous les six mois », a souligné le diplomate américain.

Le projet s’étendra progressivement dans les autres districts ciblés afin de couvrir tout le département.

Pour les paysans bénéficiaires, ce projet vient à point nommé, car il leur permettra de changer le mode de vie.

« Depuis que nous avons subi les évènements dans le département, nous vivons très difficilement et sans espoir. Ce projet vient nous réconforter, nous donner un nouvel espoir, et nous permettra de gagner notre vie », s’est réjoui Gabriel Miassouka, un des membres des groupements économiques.

A l’occasion, Todd Haskell a annoncé une autre aide supplémentaire de 5 millions de dollars pour financer la distribution des semences et la réhabilitation des sources d’eau dans le département du Pool.

Pour le Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolélas, ce projet vient soulager la population sinistrée. Il a profité pour inviter les ex-ninjas à s’impliquer dans cette activité, en attendant leur réintégration.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

1-Une vue des étangs réhabilités 2-Les membres de la délégation assis dans le site/Photo Adiac

Notification: 

Non