Mines : la RDC affiche à peine 18 % de taux de couverture de la cartographie minière nationale

Mardi 7 Janvier 2020 - 12:29

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Repris dans le « Document des performances » du ministère des Mines, ce chiffre officiel confirme la très mauvaise connaissance du sol et du sous-sol du pays. Le défi actuel du ministère des Mines est d’augmenter ce taux de couverture en passant à onze produits miniers exploités et commercialisés sur l’étendue du territoire national dès cette année.  

Même si le pays maintient toujours le cap de la diversification économique, le secteur minier continue de garder une place de prédilection dans l’architecture de l’économie nationale. En effet, les autorités minières RD-congolaises ont décidé de porter le nombre de produits miniers exploités et commercialisés de neuf à onze. Le ministère chargé du secteur minier a intégré cet objectif dans son Document de performance pour l’exercice 2020. Par ailleurs, le ministère n’a apporté aucune précision sur les nouveaux minerais que le pays va exploiter et commercialiser cette année.

En parcourant le Document, les derniers chiffres révèlent « une faible connaissance de son sol et de son sous-sol ». Il s’agit d’une situation paradoxale d’autant plus que le pays dispose d’un nombre important de minerais encore inexploités. En atteignant ainsi les nouvelles prévisions des performances, le gouvernement de la République devrait faire passer le taux de couverture de la cartographie minière du territoire national de 18 % en 2019 à 21 % au cours de cette année. Par ailleurs, en partant des mêmes prévisions des performances, d’importants changements sont attendus au niveau de la connaissance du « Potentiel géologique », avec un taux qui devrait varier de 38 % à 41 % entre 2019 et 2020 (Ndlr : 44 % en 2021), et de la connaissance du « Potentiel minier », avec un taux projeté de 36 % en 2020 (3Ndlr : 9 % en 2021) contre 38 % en 2019.   

Pour parvenir à ces performances, des efforts supplémentaires sont nécessaires dans certains domaines stratégiques comme les capacités institutionnelles et les recherches géologiques et minières. Pour sa part, le ministère des Mines va poursuivre sa politique de développement d’une industrie minière compétitive et de promotion de l’image de la RDC en tant que pays d’investissement. Nous y reviendrons.    

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non