Mode et covid-19 : Sara Matsitou : « Notre volume de production a baissé »

Lundi 24 Août 2020 - 12:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Production et circuits de distribution limités, fashion weeks et défilés annulés, baisse des dépenses d’habillement..., à toutes les échelles, de grands groupes de luxe aux jeunes marques indépendantes, l'industrie de la mode est touchée de plein fouet par la pandémie du coronavirus. La crise impose à ses acteurs une réorganisation et les conduit à imaginer des solutions qui modifient fortement les pratiques du fashion system. 

« Avec cette crise, nous avons remarqué une diminution du nombre de commandes, les gens sont assez hésitants, ils se demandent s'il faut épargner où dépenser face à cet avenir incertain. Donc, notre volume de production a baissé », déclare Sarah. De nombreuses incertitudes demeurent pour le secteur qui tente de se réinviter jour après jour. Avec l’explosion du temps passé en ligne, la crise conduit les marques à développer leurs interactions digitales et à repenser leurs contenus.

Sara Matsitou a pris la pleine mesure de la situation. Avec un engagement en forte croissance sur les médias sociaux, la styliste congolaise et créatrice de la marque Cousus main a fait de la page Facebook de sa marque un podium de défilé pour sa nouvelle collection. « Il y a à peine deux mois que je dévoile de façon progressive les articles qui composent ma nouvelle collection Wake up "réveil », signifie-t-elle.  « La collection Wake up est un réveil non pas seulement pour la création, mais aussi pour toutes les femmes à la quête d’un nouveau style  authentique, raffiné et surtout très original », commente la styliste. Du wax, de la soie, de l’organza, « Wake up "réveil" » tient le pari des tenues Oversize à travers divers tissus.

Sur les réseaux sociaux, le contexte de crise fait naître de nouvelles formes de conversation entre les marques et leurs communautés. Auparavant dévolues au positionnement des produits, ces plateformes deviennent des espaces de collaboration où les marques de mode partagent leur savoir-faire et incitent à la conscientisation. « Hey ! La famille nous sommes le 8 mai donc à mi-chemin du déconfinement, chose possible si nous nous responsabilisons en respectant les mesures prises par le gouvernement », échangeait la styliste, le 8 mai avec ses abonnés.

Reste que le principal impact de la pandémie pour le secteur est l’organisation des défilés, qui facilite l’écoulement des produits mais également l’échange physique avec les clients. L’expérience digitale n’est valable que si elle est aussi physique. L’intérêt provoqué par un défilé ne tient pas seulement à la collection mais aussi à tout ce qui entoure la présentation. Pour les stylistes, la part de théâtralisation et le rôle du public sont importants. Face aux nouvelles pratiques et modes de vie qu’impose le coronavirus, il est probable que, dans l’après covid-19, l’industrie connaisse de profondes transformations.

 

Durly Emilia Gankama

Légendes et crédits photo : 

Photo1: Un échantillon de la collection Wake up" reveil" Photo2: La styliste Sara Matsitou

Notification: 

Non