Mondial-2018 : le Russe Cheryshev, retour au premier plan pour le banni de la Liga

Vendredi 15 Juin 2018 - 12:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Moqué pour ses déboires administratifs, Denis Cheryshev a longtemps été source de plaisanterie en Espagne, son pays d'accueil. Mais plus personne n'a envie de rire depuis le doublé du Russe jeudi en ouverture du Mondial-2018 contre l'Arabie saoudite (5-0), vraie renaissance pour l'ailier malchanceux.

Cheryshev, en Liga, c'est d'abord le nom d'une dynastie puisque son père Dmitri a joué au Sporting Gijon dans les années 1990. Denis, 27 ans et 12 sélections, a été formé au Real Madrid avant d'être transféré à Villarreal en 2016.

Mais malheureusement pour lui, cet attaquant vif et rapide s'est d'abord fait connaître pour un incroyable imbroglio réglementaire en décembre 2015, alors qu'il portait le maillot du Real.

Lors d'un déplacement sans histoire à Cadix en seizième de finale aller de Coupe du Roi (1-3), Cheryshev est titulaire et d'ailleurs, il ouvre le score. Mais avant même la mi-temps, un bruit grandissant se propage dans le stade andalou: le Russe n'a pas le droit de jouer ce match, il est suspendu pour avoir accumulé les cartons jaunes lorsqu'il était prêté la saison précédente (à Villarreal, déjà).

Cadix dépose logiquement un recours et voilà le grand Real éliminé sur tapis vert dès son entrée en lice dans la compétition! Le scandale est énorme. Aussitôt, le nom de Cheryshev devient synonyme de "chapuza" (travail bâclé): la presse s'étonne que le club n'ait pas vérifié la disponibilité de ses joueurs et que le natif de Nijni Novgorod n'ait pas eu la présence d'esprit d'avertir ses dirigeants de sa sanction...

"Merci Cheryshev, c'est avec toi que tout a commencé", raillent les supporters barcelonais, ravis de voir le Real précipité dans une crise qui vaudra à l'entraîneur Rafael Benitez d'être démis peu après et à Zinédine Zidane d'arriver aux commandes (2016-2018). Et Cadix vend comme des petits pains ses maillots floqués du nom de l'infortuné joueur adverse...

Deux ans plus tard, Denis Cheryshev tient une revanche éclatante contre le destin. Absent quasiment toute la saison 2016-2017 pour une blessure musculaire qui ne guérissait pas, il a travaillé d'arrache-pied pour figurer parmi les 23 joueurs russes retenus pour cette Coupe du monde à domicile.

Et lorsqu'on a fait appel à lui à la 24e minute pour remplacer Alan Dzagoev, blessé, Cheryshev a saisi sa chance avec un retentissant doublé au stade Loujniki de Moscou, tout en technique et en subtilité.

"Je me suis senti déjà heureux quand j'ai su que je serai dans les 23 mais je n'aurais jamais pu rêver quelque chose comme ça", s'est réjoui l'homme du match. "Je suis heureux pour l'équipe et ma famille. Ils m'ont supporté pendant ma blessure et ils le méritent."

Et voilà la risée de la Liga brusquement propulsée au rang de meilleur buteur d'une Coupe du monde... au moins l'espace d'un soir!

Denis Cheryshev peut désormais voir plus haut: la blessure de Dzagoev pourrait lui permettre d'être titulaire au deuxième match mardi contre l'Egypte à Saint-Pétersbourg (groupe A).

"Il ne faut pas s'arrêter là. A n'importe quel moment, si tu te reposes sur tes lauriers, tu peux être sorti", a-t-il prévenu. Conscient que le destin peut parfois être facétieux...

Camille Delourme avec AFP

Légendes et crédits photo : 

Alexander NEMENOV / AFP

Notification: 

Non