Musique : l’album Sublime Faya déjà dans les bacs

Lundi 8 Juin 2020 - 12:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Produit par le label "Une plume, une voix, une guitare", le nouvel opus à huit titres de "La sirène d’eau douce", Faya Tess, annoncé par le single Panthère noire est sorti le 5 juin sur toutes les plateformes de téléchargement.

Sortie de l’album Sublime FayaMis en alerte par le teaser posté sur YouTube depuis 23 mai, les mélomanes qui disaient attendre impatiemment la sortie du nouvel album de la diva de la rumba congolaise sont désormais servis. Sublime Faya, le titre n’avait pas menti. En plus de sa suave voix qui mérite bien ce qualificatif, Faya apparaît bien resplendissante dans une toilette tout à son avantage qui met ses rondeurs en valeur comme en témoignent d’ailleurs les commentaires en dessous du clip Panthère noire, le premier single lancé en annonce un an plus tôt, en juin 2019. C’était alors une Faya Tess « magnifique » mais aussi « élégante », pour reprendre un des posts au bas de la vidéo faisant allusion au tableau qu’elle offre dans sa robe longue aux motifs noir et blanc rappelant le pelage tacheté du félin assorti à des perles colorées.  

Curieusement, Panthère noire ne figure pas au nombre des huit titres que compte l’album Sublime Faya. L’on y retrouve néanmoins cet air bien langoureux, L’homme, le deuxième promotionnel posté un mois après le premier, soit le 4 juillet 2019. Quoiqu’il en soit, Panthère noire lui vole tout de même la vedette sur la toile avec ses 63 868 vues comptabilisés sur YouTube le lendemain de la sortie de Sublime Faya.

Judoka et Bosana nga, respectivement premier et dernier titre de la nouvelle œuvre musicale sont manifestement les plus prisés. En effet, au surlendemain de leur post effectué le 4 juin sur YouTube, ils ont été vus 629 fois et 306 fois. Les deux chansons qui ont encore, on s’imagine, un bel avenir devant elles, tiendraient leur succès de leurs histoires respectives. Le thème, c’est évidemment celui de l’amour qui passe pour être celui de prédilection de la rumba, tel que raconté et rendu par la belle voix de Faya Tess touche le cœur des mélomanes de divers horizons. Dans Judoka, il est couplé avec celui de s’agit de la violence conjugale à travers la complainte d’une épouse battue qui dit son ras-le-bol. Il ne s’agit donc pas de l’histoire d’un champion de judo comme d’aucuns pourraient se l’imaginer sans avoir pris le temps d’écouter le morceau. Bosana nga qui pourrait passer pour la suite de l’histoire contée dans Judoka, tient un discours différent. C’est celui d’une femme qui dit à son ex-mari jaloux : « Oublie-moi » ! C’est du reste ce que veut dire le titre Bosana nga traduit en français.

Compris entre Judoka et Bosana nga, les autres morceaux de Sublime Faya sont Francis Smalto, Dribbleur, L’homme, Ba dinosaures, Je vis ma vie et Boma Libala. Le lingala est la langue principale de tous ces airs de rumba inédits qui marquent le retour de la Faya Tess auteur et compositeur. En effet, après avoir consacré les cinq dernières années, de décembre 2014 à novembre 2019, à des reprises de certains tubes de la rumba congolaise des deux rives, elle revient sur un répertoire personnel.Tournage du clip Panthère noire

Série des classiques de la rumba

Tout a commencé avec la mort de son illustre mentor d’autrefois, le très regretté Rochereau dont elle a interprété divers morceaux dans l’album Quelques Classiques de Tabu Ley, volume 1 en commémoration du premier anniversaire de sa mort. Confortée par le bon accueil réservé à ce premier opus sorti en décembre 2014, elle récidive en juin 2015 en sortant une sorte de suite qu’elle intitule tout bonnement Quelques classiques de Tabu Ley volume 2 de connivence avec Canta Nyboma, que de nombreux mélomanes tiennent pour « la voix d’or de la RDC ». Vétéran et grande figure de la rumba congolaise collabore à l’œuvre qui sort sous le label de la maison de production de Faya Tess dénommée Air Monde Culture.

Désormais prise par le charme certain des airs d’autrefois, des tubes intemporels en somme, en décembre 2015 Faya Tess sort un 3e volume. Cependant, à la différence des deux précédents, avec celui-ci la chanteuse choisit de ratisser plus large avec Au temps des classiques. Il s’agit ici d’un hommage collectif aux pères géniteurs de la rumba congolaise moderne, à savoir Joseph Kabasele, alias Grand Kallé, Luambo Makiadi, alias Franco de Mi-Amor; qu’elle joint à ce cher seigneur Ley. Loin de vouloir s’arrêter en si bon chemin, l’année suivante, en mai 2016, l’interprète de Nadina revient sur le marché du disque avec un 4e volume de sa série Quelques Classiques. Cette fois-ci, elle rassemble les ténors de la rumba des deux rives du majestueux fleuve Congo. Les Bantous de la Capitale, groupe mythique, pionnier de la Rumba au Congo-Brazzaville, l’African Jazz de Grand Kallé et l’OK Jazz de Luambo Makiadi s’y trouvent immortalisés.

Madilu System et Lutumba Simaro

Dans cette seconde moitié de la seconde décennie des années 2000, Faya Tess décide de rendre aussi hommage à deux autres légendes de la rumba congolaise moderne, en l’occurrence Madilu System et Lutumba Simaro, le dernier étant encore vivant. Ainsi, en octobre 2016 le volume 5, Au temps des classiques se retrouve dans les bacs. Elle poursuit sa démarche qui consiste à honorer ses aînés de la rumba en 2017 en lançant Au temps des classiques Volume 6. La série de ses albums hommages s’achève avec la sortie, en novembre 2019, du coffret Au temps des classiques, volume 7 et 8. Quelques bons mois déjà avant, Faya Tess, laissait déjà présager la fin de cette longue épopée dans les entrailles prodigieuses de la musique de son enfance et de sa tendre jeunesse. Son single Panthère noire augurait, en avril 2019, la fin de ce sacré parcours voué à l’interprétation de ces fameux tubes qui ont forgé les belles années de gloire de la rumba d’autrefois. Le retour de la diva dont le talent est avéré aussi comme auteur et compositeur est aujourd’hui chose faite depuis la sortie de Sublime Faya, le 5 juin.

 

 

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Sortie de l’album Sublime Faya Photo 2 : Tournage du clip Panthère noire

Notification: 

Non