Musique : le reggaeman Man Aleyah et son groupe face au public ponténégrin

Lundi 12 Novembre 2018 - 12:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le groupe Les Hérauts tisse actuellement des liens solides avec de grands artistes nationaux et internationaux et sortira de sa réserve, le 20 de ce mois, à Pointe-Noire, pour montrer aux mélomanes ce qu’il a longtemps préparé secrètement.

Depuis son retour au pays après un long séjour au Cameroun, Man Aleyah et son groupe Les hérauts ont opté pour un long maquis, en faisant quelques rares apparitions, notamment lors de la Journée internationale des droits de l’enfant célébrée en 2016, à l’oratoire Madre Morano de Mpaka, à Pointe-Noire.

Créé le 12 avril 2013 à Brazzaville par Man Aleyah, Man Gio et Man Coach, le groupe Les Hérauts est une branche musicale inhérente à l’association culturelle Les Hérauts, dont la plupart des membres sont les fruits de God’s inspiration (groupe de reggae fondé par quelques étudiants congolais qui a existé dans les années 2000).

Basé à Ngoyo, dans le sixième arrondissement de Pointe-Noire, le groupe Les Hérauts est une nouvelle vague de la musique consciente et éducative au Congo. Avec pour objectifs, pérenniser la musique reggae ; participer à l’éducation des enfants en promouvant leurs droits. Le groupe milite aussi pour le bien-être des enfants qui se voient privés de leurs droits dans un monde conquis par l’incivisme, l’obscurantisme et la menace du changement climatique, dans le souci d’interpeller l’humanité à prendre conscience face à ce déluge qui se mijote, formé par les larmes d'enfants dans les quatre coins du monde et qui se joindront bientôt pour constituer un fleuve où se verra engloutir tant d’avenirs radieux.

Le groupe Les Hérauts a mis dans les bacs à disque un opus intitulé "Plaidoyer", influencé par des sonorités afro urbaines grâce à l’expérience de son leader, Man Aleyah, acquise lors de son séjour au Cameroun en 2015- 2016. Cet album qui a connu son enregistrement en début 2015, à Brazzaville, après un détour en France, a été finalement mixé et masterisé à partir de mars 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il compte actuellement quatre clips, deux chaînes YouTube et bénéficie d’une large diffusion médiatique à Pointe-Noire et dans certains médias étrangers. Ce groupe se produit sous son propre label (Hérauts Music).

Qui est Man Aleyah ?

Né le 12 avril 1987 à Ngoyo, Pointe-Noire, l’artiste musicien Man Aleyah est célibataire sans enfant. Après son baccalauréat série H5, option réseaux et télécommunication, au lycée technique industriel du 1er-mai à Brazzaville, en 2008, il est inscrit à l’Institut de formation et d’information Michel-Monod-informatique à Brazzaville où il obtient la licence professionnelle en réseaux et télécommunication, en 2011. Ses domaines de compétences étant la composition, l’interprétation, l’arrangement et l’orchestration. Il a été plusieurs fois encadreur de groupes. Ses dernières expériences professionnelles remontent à 2017 quand il a été à la fois formateur en tant qu’organisation Amis-adulte de World’s children’s prize au Congo (prix des enfants du monde) ; conseiller culturel dans le cadre de sensibilisation à la réduction du phénomène des enfants de la rue dans la ville de Pointe-Noire (projet Foyer père Anton-Union européenne).

Man Aleyah  a été aussi concepteur du projet culturel sur la promotion des droits de l’enfant en République du Congo avec l’association culturelle Les Hérauts, en 2016, alors qu’en 2015, il enregistre, en sa qualité d’artiste musicien, le premier opus "Plaidoyer" en carrière solo. Il a collaboré en qualité de bassiste dans l’album "Il faut aller à l’école" de l’artiste Figaro ; bassiste puis leader du groupe God’s inspiration.

« Ma particularité c’est d’apporter mon expérience de vie d’orphelin de guerre au reste des enfants dans le désespoir. En dehors de ma musique, j’encadre les enfants en chants scolaires éducatifs et je n’ai qu’un rêve, celui de voir une Afrique où les générations futures changeront le décor de leur beau continent languissant », a déclaré le reggaeman.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photos 1 et 2: Le reggaeman Man Aleyah

Notification: 

Non