Musique : Zaïko Langa-Langa a célébré son jubilé d'or à Bruxelles

Lundi 2 Mars 2020 - 14:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le groupe a fêté son cinquantième anniversaire en se produisant, le samedi 29 février, au Palais des beaux-arts (Bozar) à Bruxelles, dans le cadre du festival Afropolitan.

« Na Bruxelles Malembe, ba nani batiaki tembe na Zaïko na Nga ewolo ooo.  Na Paris Malembe, ba nani batiaki tembe na Fally Na biso ewolo ooo.» Il est 23h passées de quelques minutes au Bozar de Bruxelles lorsque Jossart Nyoka Longo, accompagné sur scène du groupe Zaïko Langa Langa, lance ce célèbre cri sous les ovations du public, comme un pied de nez à l'échec du mouvement des « combattants » qui prévoyaient de perturber le concert de célébration du 50e anniversaire de Zaïko qui s'est tenu dans la capitale de la Belgique, dans le cadre du festival Afropolitan. Quadrillé par les forces de l'ordre, le Bozar a accueilli un public hétéroclite venu fêter avec « Ya Jossart » et toute son équipe qui ont égayé l'assistance avec les célèbres tubes de Zaïko Langa, des plus anciens aux plus récents : « Mbeya Mbeya », « Muvaro » ou encore le fameux « Mukongo ya Koba ». Le public a ainsi vibré au rythme de plusieurs danses qui ont forgé la notoriété de Zaïko ces cinquante dernières années. 

Tout au début du concert, le directeur des opérations du Bozar, Albert Wastiaux, s'est dit honoré de recevoir le groupe Zaïko sur la scène du Bozar, où ont presté d'autres stars mondiales. Pour immortaliser le passage du groupe mythique congolais, il a invité son leader à inscrire, pour la postérité, quelques lignes dans le livre d'or du Bozar.

Par ailleurs, dans le registre des témoignages, il a été rappelé que Jossart Nyoka Longo est le seul musicien de Zaïko présent dans le groupe depuis sa création jusqu'à aujourd'hui. Un parcours rythmé par des hauts et des bas et qui a fait dire à Jossart Nyoka Longo qu'il a toujours été « combattu, parfois battu, mais jamais abattu».

En outre, « Ya Jossart » a également rendu hommage à tous les anciens membres de cet ensemble musical, principalement à Papa Wemba. « Je suis qui je suis aujourd'hui grâce à Papa Wemba », a fait savoir Nyoka Longa. Ce dernier a ainsi rappelé que Zaïko Langa-Langa est né des cendres de Bel Guide, un orchestre qu'ils avaient créé et qui ne s'étaient jamais produit sur scène. C'est le 24 décembre 1969, après la brillante audition de Papa Wemba, en vue d' intégrer le groupe, que les dirigeants de Bel Guide ont décidé de dissoudre l'ancien groupe et d'en créer un nouveau qui deviendra Zaïko Langa-Langa.  La veille du concert, une table-ronde a été organisée au Bozar consacrée à l'histoire de Zaïko, en présence de Jossart Nyoka Longo. Ce dernier y a notamment évoqué différents événements qui ont émaillé l'histoire de Zaïko, notamment les départs de musiciens comme Papa Wemba et Manuaku Waku ainsi que la traversée du désert du groupe dans les années 2000 caractérisée par son arrestation en Belgique, où il a passé trois ans en prison. En outre, lors d'un poignant témoignage sur ses derniers contacts avec Papa Wemba, Jossart Nyoka Longa a fait savoir qu'à Kinshasa les festivités liées à la célébration du 50e anniversaire de Zaïko débuteront le 24 avril, jour du décès de Papa Wemba.

 

 

Patrick Ndungidi

Légendes et crédits photo : 

Zaïko Langa-Langa lors de sa prestatiion au Bozar

Notification: 

Non