Nations unies : ouverture des travaux de l'Assemblée générale

Mercredi 16 Septembre 2020 - 12:48

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le 15 septembre, l’Assemblée générale a entamé, sur fond de pandémie, les travaux de la 75e session annuelle.

« Au cours de la 75ème session, nous organiserons deux sessions extraordinaires de l'Assemblée générale, l'une sur la Covid-19 - la première session extraordinaire convoquée pour discuter d'une pandémie - et la seconde contre la corruption », a déclaré le président de la 75e Assemblée générale, Volkan Bozkir. Et d’ajouter : « Le contexte dans lequel nous travaillons sert à nous rappeler la nécessité du système multilatéral et nous inspire tous à utiliser pleinement la Charte des Nations unies pour relever nos défis collectifs ».

Outre le débat général, le nouveau président s’est engagé à faire tout son possible pour soutenir et diriger les réunions de haut niveau pour commémorer le 25ème anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, promouvoir la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires, et le Sommet sur la biodiversité.

Figurent également parmi les priorités, l’examen de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies ; la commémoration du 25ème anniversaire du Sommet mondial pour le développement social ; la préparation de la cinquième conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés ; la réunion de haut niveau concernant les objectifs et les cibles du Programme 2030 relatifs à l'eau ; sans oublier la Conférence sur les océans ainsi que la revitalisation des travaux de l'Assemblée générale et la réforme du Conseil de sécurité.

Enfin le nouveau président a réaffirmé son intention, aussi longtemps que les conditions sanitaires le permettront, de poursuivre les réunions physiques de l'Assemblée générale en prenant les mesures d'atténuation nécessaires pour protéger la santé et la sécurité des délégués et du personnel des Nations unies.

« Dans notre métier de diplomate, rien ne remplace les rencontres en face à face avec nos homologues, afin d'établir une compréhension à long terme des positions de chacun et de forger des compromis », a-t-il déclaré.

Une année cruciale

Lors de la même réunion, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a estimé que cette année sera cruciale dans la vie de l’Organisation. « Nous devons continuer à répondre à l'impact immédiat de la pandémie de Covid-19 en renforçant les systèmes de santé et en soutenant le développement et la distribution équitable des traitements et des vaccins », a fait valoir le chef de l’ONU. « Nous devons également nous préparer à bâtir une reprise solide, sur la base du Programme 2030 et de l'Accord de Paris », a-t-il ajouté.

Rappelant qu’à l’occasion de la commémoration de leur 75ème anniversaire, le monde attend beaucoup des Nations unies. Ainsi, le secrétaire général a de nouveau souligné la nécessité d'un multilatéralisme plus inclusif et en réseau pour le XXIe siècle.

« En cette 75e année de création de notre organisation, nous devons renouveler notre engagement envers ses idéaux et ses valeurs. Nous devons concevoir des moyens plus créatifs pour mieux servir ceux que nous servons. De nombreux individus et groupes vulnérables nous regardent. Nous ne devons pas renoncer à notre engagement de les servir », a souligné le président sortant, le diplomate nigérian Tijjani Muhammad-Bande, à la clôture de la 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Il a rappelé qu’en 1945, face aux sceptiques qui doutaient de la détermination des membres des nouvelles Nations unies, les fondateurs ont fait barrage au cynisme. Aujourd’hui, pour y parvenir, la communauté internationale doit continuer à définir ses actions de manière réfléchie et tenir sa promesse de ne laisser personne derrière, même en cas de désaccord. « En dépit des désaccords, nous devons pratiquer l'empathie et choisir l'unité plutôt que la discorde », a conclu le président sortant.

Le seul espoir : unité et solidarité

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, déplorant les ravages causés par la pandémie dans la vie des citoyens, a estimé au regard de nombreuses inconnues qui subsistent que le seul espoir de la communauté internationale est de réagir avec unité et solidarité, tout en soutenant les plus vulnérables.

Pour leur part, « les Nations unies se sont pleinement mobilisées pour soutenir les États membres dans leur réponse à la pandémie », a souligné António Guterres. « Nous avons mis à profit nos chaînes d'approvisionnement, nos atouts, notre expertise et nos capacités dans le monde entier et soutenu la réponse sanitaire en distribuant des fournitures médicales, en formant des agents de santé et en augmentant les capacités de dépistage et de traçage », a insisté le chef de l’ONU.

Parmi les nombreux efforts déployés de par le monde, le Secrétaire général a notamment rappelé l’aide apportée par les agences humanitaires à quelque 250 millions de personnes les plus menacées et les actions prises par les missions de maintien de la paix pour protéger les communautés vulnérables.

Une grande partie des actions vise à partager des informations sur la prévention et l'endiguement, mais aussi à lutter contre la diffusion en ligne d’informations dangereuses et erronées grâce à la campagne « Vérifié ». « Continuons à travailler ensemble pour vaincre la pandémie et construire un avenir meilleur », a-t-il conclu.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non