Nord-Kivu : une maladie d’origine inconnue sévit à Béni

Lundi 30 Juillet 2018 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministère de la Santé publique confirme que l’échantillon prélevé dans la ville a été envoyé en urgence à Kinshasa pour être examiné.

Alors que le pays venait de déclarer récemment la fin de l’épidémie d’Ébola dans la province de l’Equateur, où elle a fait trente-trois morts sur quelque cinquante-quatre cas confirmés, une autre maladie, cette fois-ci d’origine inconnue, vient de se manifester au Nord-Kivu, à environ 30 km au sud-ouest de la ville de Beni. Diarrhée, fièvre, hémorragie nasale et vomissements, tels sont les grands traits caractéristiques de cette maladie que certains esprits superstitieux ont vite fait d’imputer à la sorcellerie. Mais face à sa persistance car elle a déjà tué plusieurs personnes, la population de Beni, Goma et d’ailleurs a crié son désarroi et appelé à une assistance urgente.

Quinze morts ont été enregistrés durant les deux dernières semaines sur les vingt-six cas identifiés. Des statistiques qui font craindre le pire dans une ville de Béni qui n’a pas encore fini de panser ses plaies et où la mort passe pour un rituel. Le médecin chef de zone de santé de Mabalako/Mangina, le Dr Germain Kamaliro, alerte en ces termes : « Depuis deux mois, il y a un phénomène qui est en train de frapper la population et qui se caractérise par l’émission de selles liquides et vomissements et puis s’ensuit la mort soit, par épitaxie ou soit par la fièvre. Ça fait au moins deux semaines que nous avons constaté qu’il y a vraiment une flambée des cas ».   

Les premiers échantillons prélevés à Beni ont été envoyés vers Goma et Kinshasa pour des analyses sérieuses dans des laboratoires spécialisés. En attendant les résultats, une certitude au moins conforte les médecins locaux, à savoir qu’il ne s’agit pas d’une fièvre hémorragique qui se manifeste par le saignement de tous les orifices. Entre-temps, des précautions sont en train d’être prises au niveau de la direction provinciale de la santé ainsi que des différentes zones de santé pour éviter toute propagation à grande échelle de cette maladie. La population est invitée à garder son calme et à observer les mesures d’hygiène, notamment le lavage systématique des mains et se réserver de se saluer à la main. Pour l’heure, la maladie demeure circonscrite dans la commune rurale de Mangina et tous les patients sont traités dans le centre de référence de cette localié. Certains cas sporadiques sont transférés vers d’autres structures comme l’aire de santé de Linzo, apprend-on.

Alain Diasso

Notification: 

Non