Paix dans le Pool. Euloge Landry Kolelas : « Les conditions permissives sont quasiment réunies pour le démarrage du DDR »

Jeudi 20 Juin 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans une interview exclusive aux Dépêches de Brazzaville, le ministre, Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, a rassuré que les conditions permissives pour un bon démarrage du processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) sont presque réunies. Il a également relevé qu’il y a une différence entre le dialogue national inclusif et le dialogue inclusif national mettant l’accent sur les recommandations de la plate-forme départementale sur le Pool.

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.)  : Monsieur le ministre, que peut-on retenir des assises de la plate-forme départementale de dialogue et d’échanges intracommunautaires du Pool ?

Euloge Landry Kolelas (E.L.K.) : Au terme de la tenue de cette plate-forme, mes impressions sont satisfaisantes au regard des conclusions auxquelles nous sommes parvenus, tout au long de ce processus qui a débuté dans les treize districts et les deux communes du département.

L.D.B. : Parmi les recommandations faites à l’issue de cette réunion, il y a la tenue d’un dialogue national inclusif mettant l’accent sur les recommandations de la plate-forme départementale. Pourquoi cette insistance sur le Pool ?

E.L.K. : Les plates-formes organisées dans les localités du Pool s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Consolidation de la paix et démarrage du processus de démobilisation, désarmement et réintégration (DDR) » dont les Nations unies s’y impliquent considérablement pour sa réussite.

Ce projet s’exécute à travers trois résultats attendus ci-après : un dialogue inclusif est entamé sur le département du Pool dans le but de contribuer à la consolidation de la paix ; le processus DDR est entamé selon les normes internationales et le respect des droits humains est promu envers les acteurs étatiques et non étatiques par la réconciliation et la prévention des conflits.

Le premier résultat sera atteint à travers la mise en œuvre de deux produits pour lesquels des activités sont déclinées, entre autres, la tenue des plates-formes de dialogue et d’échanges intracommunautaires. Il est ainsi prévu trois niveaux de ces plates-formes :  au plan local (districts et communes) ; au plan départemental et au plan national.

La recommandation relative à l’organisation d’un dialogue national inclusif mettant l’accent sur les recommandations de la plate-forme départementale s’inscrit à juste titre dans le cadre du premier résultat attendu.

Les autres recommandations ont trait aux aspects sécuritaires pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale, dans la perspective du développement socioéconomique du département aux fins de résoudre définitivement les crises à répétition dans cette partie du pays, conformément à la volonté maintes fois réaffirmée par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

L.D.B. : Le dialogue  inclusif national est-il différent du dialogue national inclusif mettant l’accent sur les recommandations de la plateforme départementale sur le Pool ?

E.L.K. : Oui, il y a bel et bien une différence entre les deux concepts énoncés. Le dialogue national inclusif a pour vocation de traiter tous les problèmes liés à la vie de la nation, y compris les questions politiques. Ce qui n’est pas du ressort du Haut-commissariat à la réinsertion des ex-combattants.

Cependant, le dialogue inclusif national mettant l’accent sur les recommandations de la plate-forme départementale sur le Pool aura pour mission de traiter des questions spécifiques liées à la consolidation de la paix, la cohésion sociale et aux aspects sécuritaires pour le développement socioéconomique du département. Les recommandations de ce dialogue seront transmises à la hiérarchie.

L.D.B. : Qui est habilité à convoquer ou organiser le dialogue ?

E.L.K. : L’organisation d’un événement aussi important qu’un dialogue national relève de la responsabilité directe du chef de l’Etat, conformément à la Constitution à travers le conseil national de dialogue.

L.D.B. : Avez-vous un dernier mot en guise de conclusion de cet entretien ?

E.L.K. : Grâce aux acquis actuels du projet « Consolidation de la paix et démarrage du processus DDR dans le Pool », je peux rassurer que toutes les conditions permissives sont quasiment réunies pour le retour définitif de la paix dans cette partie du pays.  

 

  

 

 

Propos recueillis par Roger Ngombé

Légendes et crédits photo : 

Euloge Landry Kolelas

Notification: 

Non