Pandémie de coronavirus : l’Upads exige la gratuité de l’eau potable et de l’électricité

Mardi 24 Mars 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) a, dans une déclaration rendue publique le 24 mars à Brazzaville, demandé au gouvernement de « satisfaire aux besoins élémentaires des Congolais par la fourniture gratuite en eau potable et en électricité jusqu’à la fin de la crise. »

Avec officiellement quatre cas déclarés de Coronavirus, la République du Congo a pris plusieurs mesures appropriées en vue de riposter contre cette pandémie mondiale. En effet, saluant les nouvelles décisions prises par les autorités, l’Upads s’est interrogée sur les mesures d’accompagnement qui devraient en découler, notamment concernant le secteur socioéconomique. Il s’agit précisément de la fermeture des bars-dancing, boîtes de nuit, VIP et/ou caves. Selon le parti socle de l’opposition congolaise, la fermeture de ces établissements commerciaux employant un nombre important de salariés au Congo a des conséquences immédiates : l’augmentation du nombre de chômeurs ; le durcissement de la crise économique ; la faillite de certaines entreprises.

« Dans un pays où l’économie est de plus en plus informelle, les mesures barrières du gouvernement impacteront négativement la vie des Congolais qui, chaque jour, ne doivent leur survie que dans l’exercice de petites activités génératrices de modestes revenus », a estimé le porte-parole de l’Upads, Honoré Sayi, qui a rendu publique la déclaration, invitant les autorités à s’impliquer davantage pour limiter les risques de propagation du coronavirus.

C’est ainsi qu’il a demandé au gouvernement de prendre des mesures économiques compensatrices des pertes et / ou manque à gagner au profit des tenanciers des établissements concernés. L’Upads recommande également la désinfection des espaces à haute fréquentation humaine tels que les marchés, les administrations publiques, les stations-services, les gares routières, les centres de santé intégrés, les hôpitaux, les aéroports.

Selon ce parti, le gouvernement devrait aussi faire en sorte que l’accès aux différents marchés ne soit réservé qu'aux seuls vendeurs de produits de première nécessité tels que les produits alimentaires ; l’ouverture périodique des marchés pour permettre, entre autres, leur désinfection. Cette mesure s’appliquerait, a précisé Honoré Sayi, en accord avec les maires et les différents comités de marchés. Les recommandations concernent la constitution prévisionnelle des stocks de médicaments, des solutions hydro alcooliques et leur distribution gratuite aux populations ; la dotation en masques de protection, prioritairement au personnel soignant et aux individus exerçant les actes de commerce dans les marchés ainsi que dans les transports en commun.

« Aussi, pour permettre à tous de s’approvisionner en produits de première nécessité, le paiement des salaires, bourses et pensions de retraités ne devrait plus connaître des disparités telles que cela se fait actuellement », a rappelé le porte-parole de l’Upads.

Au plan interne, Honoré Sayi a interpellé l’ensemble des militants à la prise de conscience et à  l’observation de toutes les dispositions concourant à la prévention efficace de la contamination au coronavirus. « En conséquence, les activités du parti doivent être menées dans le strict respect des mesures barrières arrêtées par le gouvernement de la République », a-t-il conclu.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Honoré Sayi rendue la déclaration publique/Adiac

Notification: 

Non