Paris de l’Art: au centre de danse Chrysogone-Diangouaya

Vendredi 11 Octobre 2019 - 12:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A l’image de la Librairie Galerie Congo d’antan, il existe dans la capitale française un espace ouvert, créé en 2013 par un Congolais, dédié aux rencontres multiculturelles et interdisciplinaires.

Photo de groupe des artistes-comédiens-écrivains africains atour de Caya Makhelé et Vincent Mambachaka au Centre Chrysogone Diangouaya à ParisIci, se donnent des concerts, des spectacles. Ici, on expose, on s’exprime en cours de danse, de dessin, on suit des stages, on s’inscrit aux divers ateliers. Ici, il est possible de louer les salles. Ici, le monde de la culture fait partie intégrante de la vie quotidienne et s’étale dans chaque recoin de l’espace. C’est l’œuvre du danseur, chorégraphe et directeur artistique, Chrysogone Diangouaya, originaire du Congo-Brazzaville.

Ici, en ce lieu de rencontre largement ouvert et jamais inoccupé, qu’ils soient peintres, danseurs, comédiens, écrivains et selon les salles, on devise inlassablement sur la création artistique. Le public vient pour découvrir l’art au fur et à mesure de la visite de l’espace. Il est mû d’une acceptation de la transmission flexible de l’art et l’on y apprécie aisément le voyage vers un ailleurs imaginaire.

Les préparatifs de la Saison Africa 2020 tombent à pic pour ce temple artistique. Caya Makhele, éditeur-écrivain, et Vincent Mambachaka, directeur de l'Espace Linga Tere, ont opté pour cet espace pour réunir, autour d’eux, les artistes, comédiens et écrivains qui ont répondu les premiers à leur appel. Ensemble, au centre Chrysogone-Diangouaya, ils établiront leur résidence de création en plein dix-huitième arrondissement de Paris.

Dès le 8 octobre, se pressaient autour d’eux des artistes tels que Jorus Mabiala, Gad, Nsondé, Guy Alexandre, Kayro, Rodolphe, Anthony, Chrysogone, Morley, Roch, Ella, Cellina  Ndior, Freddy Baugirard, Ludovic Parfait Goma ou Alexandra Guenin venue de Pointe Noire.

« Nous avons pris comme prétexte la tenue de la Saison Africa 2020 pour mettre en place une plate-forme des artistes et comédiens africains », a confié Caya Makhele.

Et Vincent Mambachaka de surenchérir : « Nous devons avoir des repères par rapport à la mémoire de nos précurseurs et établir un agenda nourri pour différentes représentations, un lien entre intergénérationnel ».

Ainsi a été retenue, de surcroît, l’idée de créer une revue devant servir à la mémoire et à l’actualité des artistes africains.

 

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo : Photo de groupe des artistes-comédiens-écrivains africains atour de Caya Makhelé et Vincent Mambachaka, au centre Chrysogone- Diangouaya, à Paris Crédit : Marie Alfred Ngoma

Notification: 

Non