Paris : la mystérieuse fréquentation des Africains au quartier de Château-Rouge

Samedi 15 Août 2020 - 20:43

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les commerces sont tenus en partie par des Asiatiques. Pourtant, les consommateurs sont des Africains. A l’heure où Paris recommande le port du masque en toutes circonstances, que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, la fréquentation de ce quartier demeure affluente

Place du Château-Rouge à Paris, un jour ordinaire D’année en année, une fine observation dévoile les secrets du Château-Rouge qui, jadis, était utilisé comme poste de commandement par Joseph, frère de Napoléon, chargé de défendre Paris. Désormais, il existe un îlot d’Afrique dans la capitale française où des centaines de personnes venues du continent, dont certaines sont nées en France, arborent uniquement les rues de ce quartier situé dans le dix-huitième arrondissement de Paris.

Au fur et à mesure de la fréquentation des lieux, le long des rues s’installe un mystérieux commerce florissant de style "produits exotiques". La Sape ne demeure pas en reste et se trouve en bonne place au 12 rue de Panama, chez le Bachelor, où les sapeurs transforment la voie en parades vestimentaires. C’est également le lieu de ralliement des écrivains, artistes connus et anonymes des deux Congo.

Des rues Poulet, Myrha, Doudeauville, Clignancourt, boulevard Barbès, au croisement des rues Lévis et Poulet, et jusqu’à la place du Château-Rouge, de nombreux étals, épiceries et salons de coiffure africains sont ouverts tous les jours de la semaine. Ici, le chaland est africain et a le verbe haut. Les clients, venus en majorité de toute l’Île-de-France, effectuent spécialement le déplacement, attirés par l’idée de trouver de bons produits exotiques dans les commerces et sur les marchés, ou la contrefaçon du dernier sac Prada, là pour des lunettes de soleil ou des ceintures de marque, un smartphone à bon prix, ou des safous auprès de vendeurs à la sauvette. C’est le lieu par excellence où l’on trouve le « moukalou de Mossaka » en provenance du port de pêche d'Oyo.

Ici, dans la Zone de Sécurité Prioritaire puisqu’un arrêté du préfet de police, en concertation avec la maire de Paris, vient de rendre obligatoire le port du masque dans certains secteurs à forte affluence, le quartier cosmopolite regorge de monde et demeure animé toute la journée, et même jusqu’à une heure avancée de la nuit, dans un cacophonique concert permanent de cris et d’invectives. Les commerçants réalisent de multiples transactions de toute nature : deal, prostitution, trafic de médicaments, viande de brousse, au point de constituer une concentration susceptible de rendre le climat très électrique et anxiogène pour les résidents et le proche voisinage parisien.

Rappel :

Dans un contexte de hausse des cas de contamination à la covid-19 sur Paris et la région parisienne, le préfet de police, en concertation avec la maire de Paris, a fixé un arrêté rendant obligatoire le port du masque dans certains secteurs à forte affluence (rues, berges, marchés, brocantes, vide-greniers), à compter du lundi 10 août 2020 à 8h pour les personnes de 11 ans et plus.

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Place du Château-Rouge à Paris, un jour ordinaire Crédit photo : David-Pierre Fila

Notification: 

Non