Parlement : crédits et créances non honorés dans les placards du Sénat

Mardi 11 Juin 2019 - 16:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Biac réclame  à la chambre haute 3,13 millions de dollars de crédits non remboursés tandis que la Société nationale d’électricité (Snél) revendique plus de 2,5 millions de dollars d’utilisation de ses services de fourniture de l'électricité non payés.

Dirigé durant la dernière législature (2007-mars 2019) par Léon Kengo wa Dondo, le Sénat fait aujourd’hui l’objet des récriminations de la part de la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac) et de la Snél. Ces deux sociétés  viennent de remettre en surface des engagements financiers contractés par cette institution étatique sans être en mesure de les honorer. La Biac fait état de 3,13 millions de dollars de crédits alloués à la chambre haute qui, jusqu’à ce jour, ne sont toujours pas remboursés.

Dans un courrier daté du 29 mai dernier signé par son département de recouvrement adressé à l’actuel président du bureau provisoire du Sénat, la banque dit constater « avec regret qu’aucun mouvement n’est effectué au crédit de vos comptes courants en couverture de ces engagements ». De quoi désoler ses responsables qui font face actuellement aux défauts de trésorerie de la banque depuis la suspension par la Banque centrale du Congo (BCC) de ses avances à la suite d'une décision du gouvernement Matata Ponyo. Les soldes débiteurs importants constatés dans les livres de comptes courants remontent à plusieurs mois, à en croire la Biac, sans toutefois préciser à quand remonte cette situation. Il est à noter que la Biac traverse des moments difficiles qui font suite au fiasco de son partenariat financier avec la BCC. Depuis 2016, elle est sous son administration avec, à la clé, une quête permanente d’éventuels repreneurs pouvant redresser la banque afin de préserver l’épargne de ses clients.

Comme si cela ne suffisait pas, le Sénat traîne également dans des placards un dossier de créances non honorées au niveau de la Snél de plus de 2,5 millions de dollars pour avoir utilisé sans payer ses services de fourniture de l'électricité depuis plusieurs mois. A l’instar de la Biac qui connaît des problèmes sérieux de trésorerie, la Snél, elle aussi, n’est pas exemptée et cette situation la dessert jusqu’à plomber son bon fonctionnement. La société charge les animateurs de cette institution parlementaire de n’avoir pas respecté les termes de l’arrêté conclu de commun accord en novembre 2016, fixant les modalités de paiement de ces encours de dettes au mieux des intérêts des deux parties. Jusqu’à ce jour, aucune trace de paiement de ces créances n’est visible à la banque, ont déploré les dirigeants de la Snél qui invitent, par ailleurs, le président du  bureau provisoire du Sénat à faire preuve de bonne foi en payant ces créances dans les meilleurs délais.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Des sénateurs en plénière

Notification: 

Non