Parlement : le gouvernement présente les orientations et objectifs budgétaires 2020-2022

Mardi 13 Août 2019 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Face aux deux chambres réunies, le 12 août à Brazzaville, le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, a partagé le cadre budgétaire à moyen terme 2020-2022 s’inscrivant dans le processus de préparation de l’avant-projet du budget exercice 2020.

Dans son propos, Clément Mouamba a d’abord rappelé que le débat d’orientation budgétaire se tient au moment où le Congo vient d'obtenir, courant juillet dernier, après un long processus de négociations, l’approbation du conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI), un programme de trois ans, soutenu par la facilité élargie de crédit.

Ce programme, a-t-il signifié, prévoit un effort d’assainissement des finances publiques reposant sur une meilleure mobilisation de la ressource fiscale et une maîtrise des dépenses par la continuité des mesures déjà mises en œuvre dans le cadre des exercices antérieurs.

Et la bonne exécution de ce programme du FMI, a souligné le chef du gouvernement, permettra de rétablir la stabilité macroéconomique, y compris la viabilité de la dette. De même, elle permettra de réaliser une croissance économique plus élevée et plus inclusive ; d'améliorer la gouvernance afin d’accroître l’efficience et la transparence dans la gestion publique, en particulier dans le secteur pétrolier ; de protéger les groupes vulnérables de la population.

De la sorte, a-t-il poursuivi, le Congo apportera sa contribution à l’effort de reconstitution des réserves d’échanges de la communauté dans le cadre du programme de réformes économique et financière de la Cémac. Le Premier ministre a, en outre, rappelé que les principaux indicateurs et paramètres macroéconomiques ont connu quelques progrès.

Bien que des progrès aient été réalisés avec notamment la croissance économique qui a évolué de manière relative, après deux années de récession, -2,8% en 2016, 3,1% en 2017, 1,2% en 2018 et 5% attendu en 2019, a-t-il noté, beaucoup reste encore à faire, la situation macroéconomique du pays demeure fragile avec des déséquilibres persistants.

C’est pourquoi, le gouvernement opte pour le maintien d’une politique budgétaire restrictive visant d’abord le rétablissement des déséquilibres macroéconomiques tout en assurant les bases d’une relance économique solide, grâce à la mise en œuvre des réformes bien ciblées.

Ainsi, sur les objectifs que se fixe le gouvernement, Clément Mouamba a tablé sur la reprise des activités de certaines entreprises, dont le CFCO, car il s’agit dans cette bataille de relancer la croissance économique du pays hors pétrole et pour atteindre ces objectifs visés, le gouvernement entend poursuivre l’effort d’assainissement reposant, d’une part, sur une meilleure mobilisation des ressources internes, et, d’autre part, l’amélioration de la qualité de la dépense publique.

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Le Premier ministre, Clément Mouamba

Notification: 

Non