Parution: Franck Carel Nkaya se penche sur le manque de compétitivité des industries culturelles et créatives congolaises

Samedi 7 Décembre 2019 - 12:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans un ouvrage de soixante-douze pages paru le 19 novembre dernier, aux éditions Edilivre à Paris (France), l'auteur dresse un état des lieux du secteur de la culture au Congo, avec un accent particulier sur les industries culturelles et créatives, et propose des bases stratégiques de planification et de mise en œuvre.

Le livre "Les Facteurs de manque de compétitivité des industries culturelles et créatives congolaises et leurs approches de solutions : cas de la Manufacture d’art et d’artisanat congolais (MAAC)", découle des rechercher menées par son auteur, sur les industries culturelles et créatives congolaises. A travers ces recherches, Franck Carel Nkaya découvre et met en évidence l’existence d’une mosaïque culturelle congolaise très riche et diversifiée, avec des atouts de développement socio-économique, notamment à travers les industries culturelles et créatives qui s’illustrent par les formes ci-après : la peinture sur toile, la sculpture, la poterie, la céramique, la vannerie, la cordonnerie, la peinture murale, les maisons d’édition du livre et autres publications (revues, journaux, etc.).

Par son contenu, l’ouvrage constitue, d’une part, une véritable source d’informations pour les étudiants, les enseignants, chercheurs et managers, et d'autre part, un outil d’analyse, de décision et de planification au profit des décideurs et partenaires d’aide au développement pour les stratégies, politiques, programmes et projets de développement socio-économique à travers le secteur de la culture.

Enfin, l’auteur invite les lecteurs de son ouvrage à découvrir les enjeux et le rôle du management dans le processus de développement des entreprises culturelles, avec un cas pratique sur la MAAC de Brazzaville.

De nationalité congolaise, Franck Carel Nkaya est titulaire d’un master en management des organisations et ressources humaines à l’Institut de gestion et de développement économique de Brazzaville. Pendant seize ans, il a évolué au sein des institutions onusiennes dans le pays. De 2002 à 2006, il a travaillé au Bureau du Fonds des Nations unies pour l’enfance, puis de septembre 2006 à décembre 2018, il a évolué au sein de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la science et la culture, où il a cumulé les fonctions de chargé des programmes Culture, Communication et information, Sciences humaines et sociales, avec à son actif plusieurs projets culturels élaborés et mis en œuvre. Sa passion pour la culture et ses compétences professionnelles lui ont permis de passer en revue la situation des industries culturelles et créatives congolaises.

 

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

1- La couverture du livre / DR 2 - Franck Carel Nkaya / DR

Notification: 

Non