Peinture: Doctrové Bansimba joue la carte de l’originalité

Jeudi 28 Mai 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Doctrové, artiste peintre congolaise, actuellement en France, est toute excitée de dévoiler son travail en automne prochain dans les villes de Zurich et de Bruxelles. Une étape importante dans sa carrière puisque la jeune fille s’inspire désormais de son nouvel environnement comme une sorte de loupe lui permettant de mieux saisir les ambiances, les couleurs dans toutes leurs splendeurs, tout en insistant sur les détails qui lui rappellent son Congo et l’Afrique, ses principales sources d’inspiration.

« Dans cette nouvelle collection, j’évoque deux sujets qui me tiennent à cœur et je les fusionne dans une même exposition », lance d’emblée Doctrové. Une exposition à travers laquelle elle mettra en lumière l’auteur congolais Emmanuel Dongala en s’inspirant de son roman « Photo de groupe au bord du fleuve ».

 Une œuvre, dit-elle, « qui me ramène chaque instant au bord du fleuve Congo où luttent des femmes en cassant des blocs de pierre pour survivre et prendre soin de leurs familles, pendant que se construisent grâce à leurs coups de marteau les aéroports, les écoles, les ponts, les centres culturels », explique la jeune fille qui ironiquement associe cette douleur à ses propres tourments. « La phobie des seringues causée par un traitement d’injection intramusculaire contre le paludisme qui est un cauchemar, des nuits débordant sur les jours qui s’enchainent que je parviens uniquement à soulager à travers la peinture », a révélé l’artiste.

En outre, si l’artiste est passionnée de peinture, elle n’hésite pas pour autant à avoir recours à d’autres matériaux tel que le stylo à bille, les tessons, la seringue son instruments de prédilection, et pleins d’autres objets de récupération tout aussi insolites que burlesques…Résultat des tableaux riches en symboles et en couleurs ou l’artiste raconte une histoire, invitant le visiteur à la méditation. «Je me permets souvent un brin de folie dans mon travail pour briser les barrières en travaillant dans deux styles différents : le figuratif et l’abstrait mais tout en gardant mon identité sur toutes mes œuvres », a précise Doctrové

S’inspirant aussi de l’univers du théâtre, du cinéma, ou tout simplement de la nature, ses tableaux forment un patchwork de couleurs (elle passe du rouge en passant par le vert anis, au gris) ou jaillissent des formes, des lieux à peine reconnaissables, des apparences, des personnage...De plus ses peintures dévoilent de nombreux jeux d’ombre, inspirées des lumières de son pays natal, ou l’artiste mêle subtilement mélancolie et dérision, sensualité et beauté avec une extraordinaire touche de pureté.  Ce qui fait qu’on perçoit tout de suite le caractère engagé de l’artiste que l’on retrouve dans le choix de ses thèmes : « Soustraction », (ensemble d’œuvres mêlant stylo, morceaux de verre sur toile, qui met en lumière les personnes en situation de handicap), « Tchikumbi », coutume ancestrale remontant à l'ancienne société Kongo, rappelle les  rites initiatiques à l'endroit de la jeune fille nubile dans le Kouilou chez les Villi au Congo et « Silence critique » qui est un ensemble de difficultés auxquelles l’homme est confronté et doit faire face.

 

Berna Marty

Légendes et crédits photo : 

Photo1: L'artiste peintre Doctrovée Bansimba Photo2:Un des tableaux de l'artiste

Notification: 

Non