Pierre Mabiala : " Obama ne s’est pas adressé au Congo "

Mercredi 29 Juillet 2015 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Lors de sa visite en Éthiopie, le président des États-Unis d’Amérique, Barack Obama, est monté à la tribune de l'Union africaine. Il a réitéré aux chefs d’États africains son souhait de les voir respecter l’ordre constitutionnel.  Des propos qui n'ont pas laissé indifférents des citoyens africains en général et congolais en particulier.

En République du Congo par exemple, où le débat sur le changement ou non de la constitution fait depuis quelques temps la Une des journaux, le  ministre des Affaires foncières et du Domaine public, Pierre Mabiala, a pris la liberté en tant que citoyen africain de s’exprimer sur ce sujet devant la presse, le 29 juillet à Brazzaville.

« Je pense que le président Obama a tout dit sauf qu’il a allègrement ignoré l’existence  du droit souverain de  chaque peuple à disposer de lui-même. Vous savez que cet exercice s’exprime toujours par la voie référendaire et non par voie d’injonction d’un président étranger », a déclaré Pierre mabiala qui poursuit :  « Nous devons aussi savoir que le droit de chaque peuple à disposer de lui –même vient de la charte des Nations unies. J’ai du respect pour ses propos mais je crains qu’ils n’aient été purement émotionnels».

Décriant par ailleurs le comportement de certains leaders politiques nationaux qui demandent aux États-Unis de passer à l’action, Pierre Mabiala a souligné que le Congo n’est plus à l’époque de la colonisation et que le peuple avait le droit de choisir son président. « Ces acteurs veulent que le Congo replonge dans la colonisation et demandent à être colonisé par les États-Unis ». 

Intervenant sur l’organisation du dialogue national qui s’est tenu récemment à Sibiti, dans le département de la Lékoumou, Pierre Mabiala a rappelé que la rencontre a été convoquée par le chef de l’État en vue d’un consensus entre les deux classes politiques sur des questions précises comme l’organe chargé d’organiser les élections, les listes électorales, le bulletin unique, le comité en charge de suivre l’application des décisions du dialogue.

 

 

 

Lopelle Mboussa Gaasia

Légendes et crédits photo : 

Pierre Mabiala lors de l'interview

Notification: 

Non