Poésie : Daniel Isaac Itoua publie “Du cœur de l’arbre”

Mercredi 22 Avril 2020 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans ce recueil de quatre-vingt-huit pages publié aux éditions EdiLivre, Daniel Isaac Itoua invite tous ceux qui ont des problèmes d’aller les soumettre à l’arbre.

“Du cœur de l’arbre” repose sur un paradoxe : l’enracinement et le mouvement, un mouvement binaire. Il y a la terre, en l’occurrence Brazzaville, fière de sa prestigieuse histoire ; il y a l’eau, le fleuve Congo charriant le « Congo ya sika ».

Ce recueil contient dix-sept poèmes, à savoir Arbre mort- Arbre vivant ; Chène contre Essebhe ; Forêt sans arbre ; Lamentations de l’arbre ; Kwasa-Kwasa ; Congo, capitale Brazzaville ; Gorinchem ; J’ai pleuré ; Fleur ; Fleuve des élégies ; J’ai découvert un arbre-fleuve ; Cherche-moi ; Okoungou ; Du cœur de l’arbre ; La chanson du cœur de l’arbre ; Au bucheron ; Au pied de l’arbres à palabres.

Dans Arbre mort- Arbre vivant, l’auteur écrit : « Sans cesse au passage du vent, l’arbre se déploie. Il enseigne la danse à la graine son héritière. Une danse à la cadence imposée. Il dort avec ses branches dépouillées l’arbre. Ses feuilles insensées ont cru aux murmures du vent. Les voilà dans le vent. Humiliation. Qui ramera tous ces cadavres. Pour leur repos éternel au pied du géniteur. L’opprobre est ici jeté sur la suite de l’arbre »

Préfaçant l’ouvrage de Daniel Isaac Itoua,  Boniface Mongo-Mboussa a indiqué que lorsqu’il a rencontré l’auteur Du cœur de l’arbre, lors de la Biennale des arts et des lettres en novembre 2016, il n’a pas été (particulièrement) marqué par ce premier contact. Il était en face d’un homme à la mine sobre ; un homme économe de ses mots et de ses gestes. Un détail avait toutefois attiré son attention : son coup d’oeil vif et son rictus ambigu. Il a suffi que l’homme l’embarque dans sa voiture, pour qu’il découvre sa culture et sa connaissance des enjeux du champ littéraire congolais. Depuis, lors, ils ont gardé contact.

Il y a un mois, il l’a revu à Paris. Ils ont repris leur conversation. C’est ainsi que Boniface Mongo-Mboussa a découvert un autre homme fou d’histoire, fasciné par les généalogies, obsédé par l’étymologie. Il l’a confessé : il y a eu entre eux un déclic. A Paris, ils ont parlé de tout, sauf de l’essentiel : son recueil de poèmes, “Du coeur de l’arbre”. Tout en précisant qu’entre leur première rencontre à Brazzaville et leurs retrouvailles à Paris, Daniel Isaac Itoua lui avait envoyé son recueil de poèmes pour une préface. « J’étais face à un texte qui m’interpellait, me titillait même, mais dont je peinais à trouver l’angle d’attaque», a écrit le préfacier. On dira alors que l’arbre sans doute le plus sage de la terre, tout ce qui se peut sortir de sa bouche ou de cœur ne peut qu’être sagesse. C’est une invite de l’auteur à tous ceux qui ont des problèmes d’aller les soumettre à l’arbre.

Qui est Daniel Isaac Itoua ?

Daniel Isaac Itoua est né à Kayes près du district d’Ongogni dans le département des Plateaux. Directeur de publication de la revue d’histoire et d’anthropologie Bisi Ambôsi. Il est l’auteur des “Instrument de musique traditionnelle des Mbôsi du Congo : secrets et applications” et “Et si le kiébé-kiébé vous était conté ? Tradition initiatique du Congo- Brazzaville”, deux essais en anthropologie culturelle parus chez L’Harmattan Paris, respectivement en 2014 et 2018. “Du cœur de l’arbre”, est son deuxième recueil de poèmes après, “Chants de l’horloge du temps humain” paru chez la Doxa, Paris en 2017. Il est vendu à 10 euros.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La couverture du recueil de poèmes (crédit photo/ DR) Photo 2 : Daniel Isaac Itoua (crédit photo / DR)

Notification: 

Non