Port obligatoire de masque : Gaétan-Victor Oborabassi explicite la notion de "lieu public"

Lundi 25 Mai 2020 - 15:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans le but d’apporter sa contribution dans la lutte contre le coronavirus, le colonel et commissaire de police à la retraite Gaétan-Victor Oborabassi a publié une réflexion dans laquelle il détaille les contours du concept de "lieu public". Une manière de permettre à ses concitoyens de comprendre les différents endroits où le port de masque reste obligatoire.

Pour lutter efficacement contre la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place, le 30 avril, plusieurs stratégies aux fins de mettre hors d'état de nuire la Covid-19. Parmi celles-ci figure le port obligatoire de masque ou bavette par toute personne se présentant dans un lieu public ouvert ou fermé.

Appréciant la réactivité avec laquelle le gouvernement a instauré les différentes mesures barrières contre la Covid-19, le colonel et commissaire de police à la retraite, Gaétan-Victor Oborabassi, estime qu’il est nécessaire d’éclaircir la lanterne de certains Congolais, qui selon lui, ne comprennent pas la définition d’un lieu public et sont souvent confus lorsqu’il s’agit de sortie hors de leur domicile.

A en croire Gaétan-Victor Oborabassi, dans le cas actuel de crise sanitaire la prévention s’inscrit dans le cadre du principe de précaution qui se situe au cœur de toute gouvernance. Il est ainsi important de circonscrire territorialement les limites de l’action préventive (phase anticipative de la riposte) à laquelle l’ensemble de la population est interpellé. « Le lieu public peut être mixte simultané comme les locaux comprenant en même temps une partie de restaurant motel, ou mixte alternatif à l’image d’un débit de boisson, un restaurant de fortune. L’espace de montée dans un immeuble est un lieu semi-public », a-t-il expliqué.

Il pense également que les espaces recevant le public aux heures de service ou non (bureaux, morgues, cimetières, banques, espaces de distribution, marchés domaniaux …) sont considérés comme les lieux publics, y compris les voies de communication.

 

Rude Ngoma

Notification: 

Non