Pourpalers de Kampala : l’Onu milite pour un atterrissage en douceur

Jeudi 28 Novembre 2013 - 10:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’envoyée spéciale de l’Onu pour la région des Grands Lacs vient d’entamer une mission régionale d’une semaine en vue de trouver une issue au dialogue de Kampala.

Mary Robinson est de nouveau en tournée dans les Grands lacs africains. La Tanzanie, le Rwanda, le Congo-Brazzaville, l’Ouganda et la République démocratique du Congo comptent parmi les pays que va visiter l’envoyée spéciale de l’Onu pour la région des Grands Lacs. Une tournée qui a comme soubassement, l’accompagnement aux efforts de paix entrepris dans la région avec un enjeu majeur, la fin heureuse des discussions entamées à Kampala entre le gouvernement de la RDC et la rébellion du M23.

« Mary Robinson mettra l'accent à la fois sur la priorité immédiate de parvenir à un résultat convenu au dialogue de Kampala, et à encourager les progrès dans la mise en œuvre des engagements plus larges de la paix de 11 pays, de l’accord-cadre sur la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et dans la région », indique le communiqué des Nations unies informant sur la portée de cette itinérance. Mary Robinson a, de nouveau, foulé le sol congolais par Kinshasa ce mercredi 27 novembre avant de se rendre à Goma.   

Outre les pourparlers de Kampala, les progrès dans la mise en œuvre des recommandations issues des concertations nationales, et de l'appui au Mécanisme national de surveillance mis en place dans le cadre de l’accord-cadre d’Addis-Abeba ont été au centre des entretiens qu’elle a eu avec les autorités congolaises, apprend-on. Des sujets qu’elle a eus à aborder auparavant au Rwanda avec les autorités rwandaises dans le seul souci de renforcer la coopération et le dialogue politique entre les signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba.      

En fait pour l’Onu, il est plus que jamais nécessaire de capitaliser les dividendes déjà engrangés en termes de pacification de l’Est du pays après la défaite du M23. L’envoyée spéciale de Ban-Ki Moon pour la région des Grands lacs tient donc à se rassure que l’Est de la RDC est débarrassé de toutes les forces négatives et que  la sécurité est rétablie de façon durable. « Nous devons travailler pour rétablir la confiance et prendre les mesures qui sont nécessaires pour résoudre les causes profondes des conflits et de l'instabilité dans la région », avait-elle déclaré en Tanzanie (un des pays signataires de l’accord-cadre), première étape d’une tournée entamée depuis le lundi 25 novembre. Le samedi 30 novembre, Mary Robinson se rendra à Kampala où elle participera au sommet de la Communauté est-africaine (EAC) des chefs d’État.  

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Mary Robinson