Présidence du Sénat : Modeste Bahati sommé de retirer sa candidature

Mardi 9 Juillet 2019 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Front commun pour le Congo (FCC) accentue la pression sur le président de l'Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) à qui il est demandé de retirer sa candidature au profit du candidat désigné par l’autorité morale, Joseph Kabila Kabange, au perchoir de la chambre haute du parlement.   

Il y a quelques jours, Modeste Bahati Lukwebo, leader de l' AFDC et alliés, regroupement politique membre du FCC, a réaffirmé le maintien de sa candidature à la présidence du Sénat. Malgré le choix porté par l’autorité morale de cette plate-forme sur Alexis Thambwe Mwamba pour occuper ce poste, l’ex-ministre de l'Economie est demeuré inflexible, jusqu’à décider de faire cavalier seul dans son ambition de gérer la chambre haute du parlement. S’appuyant sur son regroupement politique AFDC et alliés qui compte un nombre significatif de sénateurs, Modeste Bahati compte affronter le candidat officiel du FCC à l'élection du bureau du Sénat dont la date n’est pas encore fixée.

Mais les choses se compliquent déjà pour lui,  sommé par sa plate-forme, le FCC, de s’effacer au profit d’Alexis Thambwe Mwamba, candidat désigné par Joseph Kabila Kabange. Le 8 juillet, tous les regroupements politiques du FCC se sont réunis pour statuer sur la question. Dans leur déclaration politique, ils ont réaffirmé, à l’unanimité, la candidature d'Alexis Thambwe Mwamba au perchoir du Sénat, conformément à la décision de l’autorité morale. De ce fait, il a été demandé à Modeste Bahati de « tirer les conséquences de son comportement politique et de retirer publiquement sa candidature au poste de président du Sénat ». Il lui est exigé, en outre, de faire une déclaration publique soutenant le choix de l'autorité morale du FCC sur l'unique candidature de la plate-forme au poste de président du Sénat. Connu pour la discipline qui règne en son sein lorsqu’il s’agit des grands enjeux politiques, le FCC n’entend pas déroger à la règle. « Etant disciplinés, nous n’avons pas d’autre choix que de nous plier à la décision de la haute hiérarchie de notre famille politique le FCC », a indiqué un de ses cadres.    

Autant dire qu’au FCC, le débat est déjà clos concernant la candidature à la présidence du Sénat. L’heure est à présent aux discussions sur les autres postes du bureau pour compléter le ticket FCC. La finalisation des candidatures aux différents postes du bureau de la chambre haute devrait intervenir dans les prochaines heures. Entre-temps, l’on apprend qu’une frange des sénateurs membres de l’AFDC-A a désavoué leur président Modeste Bahati pour se rallier au candidat du FCC à la présidence du Sénat.   

Selon certaines indiscrétions, Modeste Bahati continue de faire fi des pressions exercées par sa famille politique sur sa personne. Il n'a pas encore apposé sa signature sur la déclaration de soutien des regroupements politiques du FCC à Alexis Thambwe Mwamba et maintient, contre vents et marrées, sa candidature. Aux dernières nouvelles, il aurait demandé quelques heures de réflexion avant de lever la dernière option.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Modeste Bahati

Notification: 

Non