Présidentielle 2016 : l’Unafec présentera son candidat

Lundi 6 Avril 2015 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La décision prise à l’issue de son congrès tenu le week-end à Lubumbashi assène un coup fatal à la majorité présidentielle en allant à l’encontre des principes fondateurs de ce regroupement politique.

Il y a peu, la dernière réunion de la Majorité tenue à Kingakati avait l’air de panser les plaies et de juguler une crise interne qui tendait à se cristalliser. Voilà que le président de l’Assemblée provinciale du Katanga vient de jeter un pavé dans la marre en empruntant une voie contraire aux aspirations de cette famille politique. Il vient, en effet, de s’en démarquer à travers des prises de position courageuses ayant caractérisé le dernier congrès de son parti, l’Union nationale des fédéralistes congolais (Unafec). C’est le 4 avril à Lubumbashi que cet enfant terrible du Katanga est monté au créneau pour exprimer son ressentiment via son parti par rapport aux enjeux électoraux à venir. L’Unafec présentera un candidat à la présidentielle de 2016, en plus de ceux qui seront positionnés à tous les autres postes pour le cycle électoral. Telle est la grande nouvelle ayant marqué ces assises au grand dam d’autres partis de la coalition au pouvoir visiblement surpris par la liberté prise par l’Unafec.

C’est dire que le parti de Gabriel Kyungu vient d’asséner là un coup à la majorité présidentielle en allant à l’encontre des principes fondateurs de ce regroupement politique. En effet, la charte de cette famille politique veut que les grandes options politiques soient validées par l’autorité morale, en l’occurrence le président de la République. Or, dans le cas d’espèce, Gabriel Kyungu et les membres de son parti n’ont écouté que la voix de leur propre raison, sans se référer à quiconque. Une façon pour l’Unafec de s’affranchir de la tutelle de l’autorité morale à un moment aussi crucial où se négocie la carte du dauphin de Joseph Kabila dans l’hypothèse où ce dernier ne se représentait pas. Dans ce débat interne pro majorité, Gabriel Kyungu s’est décidé de prendre ses marques, devenant ainsi le premier parti du « camp kabiliste » prêt à présenter son candidat à la présidentielle de 2016.

Sur d’autres questions du genre « Découpage territorial », l’Unafec développe des positions contraires à celles de sa famille politique avec laquelle elle n’émet plus sur la même longueur d’ondes. Tout en qualifiant  ce découpage de « précipité et d’arbitraire », l’Unafec exige à ce que le gouvernement central restitue à chaque province les 40% sur les recettes perçues au plan national. Après le MSR, l’Unafec vient, par cette prise de position, de susciter des remous au sein de la majorité présidentielle dont la cohésion est de plus en plus mise à rude épreuve. 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Gabriel Kyungu