Présidentielle 2021 : Mathias Dzon officialise sa candidature

Samedi 21 Novembre 2020 - 16:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l’Alliance pour la République et la démocratie (ARD), premier secrétaire de l’Union patriotique pour le renouveau national (UPRN), Mathias Dzon, a annoncé le 21 novembre, au cours d’une conférence de presse, sa candidature à l’élection présidentielle de 2021.

Déjà proposé par les militants de cette plateforme de l’opposition lors de la convention spéciale d’août dernier, l’ancien ministre des Finances a accepté de briguer la magistrature suprême l’an prochain. « Après de multiples consultations dans les diverses strates de l’opposition nationale et après mûres réflexions, j’ai décidé en toute responsabilité de m’engager dans la voie du devoir et de dire oui à la proposition patriotique de l’ARD. En conséquence, je déclare solennellement que je suis candidat à la prochaine élection présidentielle de mars 2021, ce, pour l’intérêt supérieur de la patrie », a annoncé Mathias Dzon.

En se déclarant candidat, il entend mettre, d’après ses propos, son expérience professionnelle de près de 40 ans dans les métiers des finances et de la banque ainsi que ses 50 ans de militantisme au service du Congo. Selon lui, le projet politique qu’il portera se donne pour objectif général la construction du bien-être politique, économique, social, culturel et environnemental des Congolais. « Pour atteindre cet objectif stratégique, deux séries de mesures constitueront le cœur du programme pour lequel je sollicite le soutien des Congolais et dont je dévoilerai les mesures essentielles, le moment venu. Ces mesures visent en premier lieu la sortie de la crise multidimensionnelle que traverse le Congo », a indiqué Mathias Dzon.

Le président de l’ARD a annoncé sa candidature à quelques heures de l’ouverture des travaux de la concertation politique de Madingou, dans le département de la Bouenza. Interrogé sur la participation de l’ARD ou de l’UPRN à ces assises, Mathias Dzon a déclaré qu’il n’a pas été invité et ne détient aucune information sur le rendez-vous de Madingou. « Madingou pour aller faire quoi ? », s’est-t-il interrogé, appelant de nouveau à la convocation « d’un véritable dialogue politique national et inclusif, rassemblant toutes les forces vives de la nation ».

Candidat à l’élection présidentielle de 2009, le premier secrétaire de l’UPRN avait jeté l’éponge en pleine campagne électorale, appelant ses militants au boycott. Interpellé par la presse sur cet aspect, Mathias Dzon a rappelé qu’il avait respecté le mot d’ordre du Front de l’opposition qui avait décidé de ne plus participer à cette élection parce que les conditions n’étaient pas réunies. « Cette fois-ci j’irai jusqu’au bout parce que je pourrais gagner pour changer ce pays.  Tout ceci exigeant la mise en place des conditions minimum de transparence. Je battrai campagne sur toute l’étendue du territoire national », a promis le candidat déclaré.

Parmi les conditions à exiger, il a cité la maîtrise du corps électoral qui passe par l’organisation d’un recensement administratif spécial, l’adoption d’une nouvelle loi électorale, le découpage électoral ainsi que la mise en place d’une commission électorale « véritablement indépendante et non partisane comme l’actuelle où il n’y a pas des représentants de l’opposition... », a-t-il conclu.   

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Mathias Dzon annonçant sa candidature/Adiac

Notification: 

Non