Présidentielle : le MLC dénonce un complot contre la candidature de Jean-Pierre Bemba

Jeudi 16 Août 2018 - 16:20

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La formation politique soutient l’éligibilité de son candidat pour les scrutins attendus au 23 décembre, mettant en garde contre toute tentative de l'écarter de la course.

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) a réaffirmé sa conviction le 14 août, par la voix de sa secrétaire générale, Me Eve Bazaïba Masudi, à l'occasion d'un échange avec la presse au siège national du parti à Kinshasa/Gombe. Devant la presse la secrétaire générale du MLC a balayé d’un revers de la main l’argumentaire de certains politiques congolais, voire « d’éminents » enseignants de droit, qui tendrait à semer la confusion autour la candidature de Jean-Pierre Bemba à propos des concepts de corruption et de subornation des témoins. Elle a indiqué que les interventions entendues ça et là à ce sujet ne poursuivent qu'un seul objectif, celui de l’invalidation de la candidature du sénateur Jean-Pierre Bemba à la présidentielle de décembre.

Le MLC se veut un parti sérieux

Pour Ève Bazaïba Masudi, son parti sait que son candidat incarne les espoirs des millions de Congolais et même de non Congolais qui croient au développement de la République démocratique du Congo (RDC) et de leurs différents pays. Face à cette réalité, a-t-elle dit, ni Jean-Pierre Bemba Gombo ni le MLC ne pouvaient se positionner en aventuriers. « Si au départ, nous savions qu’il y avait des problèmes, nous ne pouvions pas poser une candidature pour narguer l’opinion », a précisé la secrétaire générale du MLC, indiquant que cette candidature a été motivée par le fait que Jean-Pierre Bemba jouit pleinement de ses droits civils et politiques. « Souvenez-vous que le MLC a toujours été dans la logique des élections, jamais dans l’optique des combines, des combinaisons, des arrangements, quand bien même lorsque le sénateur Jean-Pierre Bemba était encore à la Cour pénale internationale (CPI)…Et avant même qu’on ne parle de son acquittement, nous étions dans la logique, parce que nous savions que c’est le seul moyen démocratique pour accéder au pouvoir et gérer la RDC », a martelé Me Ève Bazaïba Masudi.

Dans son argumentaire, elle a établi la différence entre corruption et subornation des témoins. La secrétaire générale du MLC a regretté qu’un des avocats de la défense de Jean-Pierre Bemba dans cette affaire devant la CPI, Me Aimé Kilolo, se soit mû en adversaire politique de ce dernier. Pour elle, cet ex-avocat conseil du président du MLC voulait, en même temps, utiliser le dossier Bemba à la CPI pour se donner un crédit à l’opinion nationale et internationale. « Pour valoriser une certaine expertise en matière du droit, je l’ai même suivi parler d’une probable invalidation ou irrecevabilité de la candidature du sénateur », a-t-elle fait savoir.

"Une mauvaise conception des faits"

Dénonçant la confusion qui serait entretenue à dessein entre les termes corruption et subornation des témoins, la secrétaire générale du MLC a rappelé que Me Aimé Kilolo, qui est parmi ceux qui soutiennent « cette confusion » dans leurs différentes interventions, était parmi les condamnés de subornation des témoins dans l’affaire devant la CPI. « Mais en vertu de quoi il va être candidat ? Sa candidature sera recevable et non pas celle de Jean-Pierre Bemba ? », s’est demandé Ève Bazaïba Masudi. Elle a poursuivi que si cet avocat s’est offert en holocauste, sachant que sa candidature va être jugée irrecevable, il n'y aura pas de jurisprudence pour que cela frappe, mutatis mutandis, la candidature du sénateur Jean-Pierre Bemba à la présidentielle. « Nous disons non. Là, il doit carrément déchirer son diplôme de droit, parce qu’entre les deux concepts de subornation et de corruption des témoins, il n’y a pas d’analogie, selon que le précise le lexique des termes de droit », a insisté Me Ève Bazaïba Masudi.

S’appuyant sur à l’article 10 de la Constitution de la RDC, la secrétaire générale du MLC croit mordicus que la candidature de Jean-Pierre Bemba ne sera pas jugée irrecevable. Elle a, à cet effet, exhorté les praticiens du droit à ne pas tomber dans ce genre de piège. Mais également, elle a averti sur la volonté de son parti de ne pas se laisser facilement faire. « Si d’aventure, cela arrivait, ce que je ne souhaite pas, le MLC va user de toutes les voies de droit en sa possession pour réhabiliter la candidature du sénateur Jean-Pierre Bemba. Parce que nous sommes convaincus que quiconque s’attaque à la candidature de M. Bemba (...) s’attaque à l’aspiration des millions de Congolais qui ont poussé Bemba par rapport à leur attachement, soutien. Et nous allons nous accrocher à cette volonté populaire », a-t-elle prévenu.

Cette mise en garde avait déjà été faite également par de hauts cadres et militants du MLC, réunis en matinée politique au siège de l’Interfédérale de ce parti, le 16 juin dernier à Kasa-Vubu.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

La secrétaire générale du MLC, Me Ève Bazaïba Masudi

Notification: 

Non