Prix Jeune champion de la terre 2019 : une Angolaise lauréate

Jeudi 26 Septembre 2019 - 20:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Alors que les dirigeants du monde se réunissaient au siège des Nations unies, à New York, pour le sommet Action climat et la 74e Assemblée générale, les jeunes du monde entier ont déjà pris des mesures car il n'y a pas de temps à perdre. Pour ses actions en faveur du climat, Adjany Costa, défenseur de l’environnement et de la vie sauvage âgée de 29 ans, originaire de l’Angola, a remporté le prix pour ses efforts en faveur de la préservation des précieux points chauds aquatiques et de la biodiversité dans son pays.

La solution proposée par Adjany Costa consiste à collaborer avec la communauté de Luchaze vivant dans les hautes terres de l’Angola orientale, menacée par des pratiques de subsistance non viables et le défrichage des forêts du Miombo qui a suivi l’enlèvement des mines terrestres, héritage de la guerre civile longue de trois décennies dans le pays, qui a pris fin en 2002. A mesure que les communautés reviennent sur les terres, il est essentiel de protéger le bois de Miombo, qui emprisonne l’eau et entretient une riche biodiversité, afin de protéger la dégradation de l’environnement.

Le bassin du fleuve Okavango est un écosystème vital qui fait partie de la plus grande zone humide d’eau douce d’Afrique australe. Plus d’un million de personnes dépendent du bassin, partagé par l’Angola, la Namibie et le Botswana. Son delta, situé au Botswana, abrite une faune abondante et emblématique, notamment l’une des plus grandes populations d’éléphants du monde. La rivière Cuito est un affluent du delta de l’Okavango, le maintien de ses niveaux d’eau est essentiel à la préservation de tout l’écosystème.

« Nous dépendons des écosystèmes pour notre survie et cela est d’autant plus vrai pour les communautés rurales pauvres. Nous devons être conscients des conséquences de notre mode de vie sur notre environnement, il faut que nous œuvrions avec les communautés autochtones qui en dépendent pour améliorer leurs moyens de subsistance par le biais de la conservation », a indiqué la lauréate.

Récompenser les idées remarquables en matière de protection de l’environnement

Un jury international, composé du directeur général de Covestro, Markus Steilemann ; de la directrice exécutive adjointe du Programme des Nations unies pour l’environnement, Joyce Msuya ; de la correspondante de Vice News Tonight pour la science et le changement climatique, Arielle Duhaime-Ross ; de l’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour la jeunesse, Jayathma Wickramanayake ; et de Kathy Calvin, présidente et directrice générale de la Fondation pour les Nations unies, a choisi les lauréats à partir d’une liste de trente-cinq finalistes régionaux, eux-mêmes sélectionnés parmi plus de mille candidats.

Au cours de l’année à venir, les initiatives créatives, innovantes et percutantes des lauréats seront relatées sur les réseaux sociaux, par le biais de mises à jour régulières et de blogs vidéo. Le prestigieux prix Jeunes champions de la terre, sponsorisé par Covestro, est décerné chaque année par le Programme des Nations unies pour l’environnement aux jeunes environnementalistes âgés entre 18 et 30 ans pour récompenser leurs idées remarquables en matière de protection de l’environnement. Les lauréats ont reçu leur prix lors de la cérémonie des Champions de la terre, organisée à New York, le 26 septembre, au moment de la réunion annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies et le sommet pour l’action pour le climat.

Rappelons que le prix Jeune champion de la terre a été créé en 2017 et offre la plate-forme prestigieuse et couronnée de succès des Champions de la terre, ayant récompensé des chefs d’État, des scientifiques passionnants et des visionnaires de la gestion de l’environnement, tout comme des brillants jeunes environnementalistes munis d’une vision pour l’avenir.

 

Boris Kharl Ebaka

Notification: 

Non