Projet Durquap : l’exécution des activités va bon train

Mardi 4 Août 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap) dans la capitale, les quartiers Soukissa à Ouénzé et Moukoundzi-Ngouaka à Makélékélé vont bénéficier des travaux d'aménagement urbain. Leur niveau d’exécution a fait l’objet le 4 août d'une session du comité communal de coordination du projet Durquap à Brazzaville.

Cette session du comité communal de coordination a permis de connaître l’état d’avancement des activités du projet Durquap et de proposer par consensus les approches de solutions aux problèmes ou risques pouvant apparaître tout au long de l’exécution du projet. Entré en vigueur en avril 2017, le projet cofinancé par le gouvernement congolais et la Banque mondiale a véritablement commencé son exécution en 2018. Cela s’explique par le fait que les 40 millions de dollars, soit 24 milliards FCFA, prévus au départ dans le cadre de la contrepartie, avaient été simplement supprimés en raison de la situation financière du Congo.

Ouvrant les travaux de la session du comité communal, Dieudonné Bantsimba, président du conseil départemental et municipal, maire de la ville de Brazzaville, a reconnu qu’en dépit de ce désagrément, plusieurs activités ont été lancées, à ce jour, en matière d’études et travaux dans le cadre de l’organisation des communautés, précisément dans les quartiers Soukissa à Ouénzé et Moukoundzi-Ngouaka à Makélékélé.

Selon le coordonnateur du projet Durquap, Batounguidio, plusieurs facteurs ont retardé le démarrage des travaux visibles sur le terrain parmi lesquels : le choix des activités dans les quartiers retenus pour développer le projet, à savoir Soukissa et Moukoundzi-Ngouaka ; la réalisation des études techniques des premiers sous-projets, l’élaboration des instruments de sauvegarde environnementale et sociale ; le paiement des compensations après mise à disposition des fonds y afférents par le gouvernement…

S’agissant de l’état d’avancement des sous-projets retenus à Brazzaville, le coordonnateur projet a déclaré que certains sont au stade des travaux et d’autres encore dans les procédures de passation des marchés ou en étude. Ces sous-projets retenus sont subdivisés en deux composantes : « Intégration et restructuration des quartiers » et « Renforcement des institutions et des capacités ».

Par ailleurs, dans le cadre de sa mise en œuvre, le projet Durquap dispose dorénavant d’une autre composante appelée Cerc, afin de permettre au gouvernement congolais d’apporter une riposte à des situations d’urgence causées par des catastrophes naturelles telles que les inondations, les épidémies et bien d’autres. Ces actions sont financées indirectement, à travers le projet, par un autre organisme de la Banque mondiale. Il s’agit entre autres de : l’étude de résilience sanitaire en vue d’identifier et géolocaliser les zones à forte contamination à la Covid-19 ; les travaux de curage et faucardage du cours d’eau Nganda couloir, ainsi que du collecteur traversant les rues Kindombi, Loualou, et Likibi au quartier Soukissa ; les travaux de curage et faucardage des cours d’eau Louka et Maladie du sommeil, ainsi que du collecteur « 1500 » au quartier Moukoundzi-Ngouaka.

Exécuté dans les villes de Brazzaville et Pointe-Noire, le projet Durquap est cofinancé par le Congo et la Banque mondiale, à hauteur de 80 millions de dollars, soit environ 48 milliards FCFA. Il vise notamment la restructuration et l’aménagement des quartiers reculés. 

Merveille Atipo

Notification: 

Non