RDC-FMI : vers un accord formel parsemé d’embûches

Mardi 25 Février 2020 - 17:21

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le pays serait en bonne voie pour conclure un accord avec l’institution de Bretton Woods. La rencontre du lundi 25 février entre le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, et la délégation du FMI a permis de constater une stabilité relative du cadre macro-économique. Mais il en faut bien plus pour contenter le partenaire.

Arrivée au terme de sa mission à Kinshasa, la délégation du Fonds monétaire international (FMI), sous la conduite de son directeur du département Afrique, Mauricio Villafuerto, a participé à une dernière séance de travail avec le Premier ministre Sylvestre IIunga Ilunkamba à la Primature. Cette rencontre est venue ainsi clôturer les échanges avec plusieurs structures nationales. En effet, pour le FMI, il s’agissait concrètement de scruter le cadre macro-économique du pays. Sur ce point précis, le chef de la mission du FMI a exprimé sa satisfaction du fait de la stabilité relative des paramètres fondamentaux du pays.

Plus globalement, la mission du FMI visait à évaluer le processus de mise en place d’un accord avec la République démocratique du Congo (RDC). On le sait, le gouvernement RD-congolais tient plus que tout à cette reprise avec l’un de ses partenaires les plus difficiles et pointilleux. Selon Mauricio Villafuerte, la RDC doit continuer à fournir des efforts pour accroître la mobilisation des recettes et équilibrer les dépenses. Cet effort reste indispensable même si les critères des réalisations quantitatives jusqu’à décembre 2019 et les repères structurels à ce jour ont été globalement atteints. La performance envisagée est d’autant plus nécessaire qu’elle va permettre de passer à la prochaine étape des négociations afin de « conclure un programme formel avec le gouvernement RD-congolais pour faciliter l’octroi des crédits ».

Du côté de la RDC, l’on se veut optimiste. Le Comité de conjoncture économique instauré par le Premier ministre vise justement à surveiller hebdomadairement la situation macro-économique pour en garantir la stabilité et répondre aux exigences du partenaire FMI . Par ailleurs, la Primature insiste sur les efforts de maximisation des recettes de l’État et l’engagement des dépenses à la fourchette des entrées réelles.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non