RDC : la FBCP réitère son plaidoyer en faveur des prisonniers et détenus préventifs

Samedi 26 Septembre 2020 - 16:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ONG appelle au désengorgement des prisons et autres centres de détention, et à la réduction du phénomène de la surpopulation des milieux carcéraux.

 

La Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP) continue son plaidoyer au profit des prisonniers et détenus préventifs, très nombreux dans toutes les prisons, centres de détention et maisons carcérales de la République démocratique du Congo (RDC). Pour cette association, l’objectif poursuivi est de désengorger les prisons et autres centres de détention, ainsi que de réduire le phénomène de la surpopulation carcérale. « Il est certes vrai que la surpopulation carcérale n’est pas déplorée qu'en RDC. Toutefois, l’État de droit dont le président de la République, Félix- Antoine Tshisekedi Tshilombo, a fait son leitmotiv, c’est aussi améliorer les conditions en milieu carcéral en RDC », a fait savoir la FBCP dans un communiqué du 26 septembre 2020.

Se rappelant que le président de la République était très attaché à l’application de l’État de droit dans le pays, la FBCP se convainc que cette idée implique l’amélioration des conditions de vie des prisonniers et détenus préventifs.

Une volonté trahie par la réalité des faits

Cette ONG fait, en effet, savoir que des efforts conjugués par les nouvelles autorités politiques pour vouloir améliorer les conditions de détention en RDC sont contredits par la réalité sur le terrain.  « Quand bien même que des efforts soient conjugués par les nouvelles autorités politiques pour vouloir améliorer les conditions de détention en RDC, sur  le terrain, il nous semble, malheureusement, que presque pas grand-chose n’a l’air d'être fait dans ce sens », a regretté cette ONG de défense des droits de l’homme.

L’association dit attendre, dans ce sens de la lutte, des acteurs judiciaires au niveau des cours et tribunaux, notamment et offices de parquets civils et militaires, de  mettre fin à la surpopulation carcérale, en accompagnant ainsi la vision du chef de l’Etat. « Les prisons, maisons d'arrêt, centres de détention des enfants en conflit avec la loi sont pléthoriques, et semblent, en outre, ne devenir que des mouroirs et non des endroits correctionnels », affirme la FBCP. Et de lancer un appel au Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le chef du gouvernement, afin d’inscrire, dans son agenda, la problématique de la surpopulation carcérale en RDC.

L’ONG note, par ailleurs, que des détenus et présumés, incarcérés depuis de nombreuses années et qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles sollicitent aussi le concours personnel du Premier ministre.

Des incidents à Lubumbashi

L’ONG, qui cite une enquête menée par ses services, confirme que des incidents avaient eu lieu le 25 septembre, à la prison de Kasapa, à Lubumbashi. A l’en croire, des besoins alimentaires ainsi que des difficultés de soins médicaux seraient à la base de ces incidents dont les auteurs ont été des prisonniers et détenus préventifs.

Selon le bilan établi par la FBCP, les dégâts seraient considérables. Sur le plan humain, l’ONG a monitoré six prisonniers grièvement blessés (Tshuazi, Mirindi Kally, llunga Ken, llunga Kazadi Sidi, Musudi, llunga Ngiy Gracia). Alors que dans les dégâts matériels, la FBCP a répertorié l’incendie du bâtiment administratif et de trois pavillons (3 AB, 4 AB et 5 AB), l’incendie de tous les biens, meubles et de tous les dossiers physiques des prisonniers et du dépôt de ravitaillement par la Monusco ainsi que le pillage des réserves de nourriture.

L’ONG alerte, par ailleurs, que la famine et le manque de médicaments à la prison centrale de Makala et à la prison militaire de Ndolo constitueraient aussi, selon les prisonniers et les détenus, un malaise susceptible de dégénérer si rien est envisagé rapidement pour calmer la tension déjà perceptible chez les pensionnaires. « La mauvaise situation déplorée dans la prison de Kasapa est à redouter à Kinshasa », indique l’ONG. Tout en signalant également plusieurs irrégularités en rapport avec la procédure judiciaire au niveau de la justice militaire dans le pays, la FBCP appelle le gouvernement à améliorer les conditions de vie des pensionnaires des maisons carcérales et prisons du pays ainsi que les conditions de travail des magistrats, juges et tout le personnel de la justice.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

photo: des prisonniers dans leur dortoir.

Notification: 

Non